Catéchèse, Hagiographie, Histoire, Iconographie, La voie des ascètes, Les pères de la foi, Luminaires de l'Église, Martyrs, Mission, Œcumenisme, Orthodoxie, Saints de l'Occident, Synaxaire

Une histoire de l’Église pour les chrétiens orthodoxes – V

7 février 2022

La montée en puissance de la papauté.

 

À partir de 600, la question du rôle de la papauté dans l’Église s’avère de plus en plus épineuse. Au tournant de ce siècle, cependant, un homme idéal fut désigné pour occuper le siège romain. Saint Grégoire le Grand a dirigé son patriarcat d’une manière véritablement inspirée. Tout d’abord, il était habité par l’esprit missionnaire. Il envoya un groupe de moines du monastère qu’il avait fondé à Rome en Angleterre pour convertir les peuples germaniques qui s’y étaient installés et avaient re-paganisé le pays. Saint Grégoire est vénéré comme le père du rite romain de l’Église. Il est connu pour avoir popularisé le mot Messe pour décrire la liturgie de l’Eucharistie. 1

S’inspirant des liturgies grecques, il a placé le Notre Père là où il est chanté aujourd’hui et a ajouté des prières à la Messe romaine. Il polit et codifie les chants qui n’en sont alors qu’à leurs débuts, ce qui donne lieu à une forme musicale d’un autre monde appelée, d’après lui, le chant grégorien. Le saint estimait qu’il était de sa responsabilité personnelle qu’aucun pauvre, homme ou femme, ne meure jamais par manque de soins dans la ville de Rome. Les temps étaient souvent durs, mais chaque fois que Grégoire apprenait qu’un sans-abri était mort, il se jugeait indigne de célébrer la messe ce jour-là. Une dispute éclata entre Grégoire et l’évêque de Constantinople, Saint Jean le Jeûneur. Toutes les fonctions exercées à Constantinople, qui était la capitale de l’Empire romain, étaient qualifiées d’œcuméniques (le bibliothécaire de la Nouvelle Rome, par exemple, était le bibliothécaire œcuménique ou « universel »), et ce titre était également conféré par l’empereur au patriarche de la ville. Convaincu, en raison de la barrière linguistique, que Jean se prenait pour un évêque régnant sur tous les autres évêques, saint Grégoire réagit violemment. Dans le langage le plus charitable possible, il condamna saint Jean pour son orgueil insupportable et lui demanda de renoncer à son titre, adoptant lui-même le titre de « serviteur des serviteurs de Dieu ». Le plaidoyer de saint Grégoire était le suivant : « Que tous les chrétiens rejettent donc ce titre blasphématoire [Évêque universel], ce titre qui enlève l’honneur sacerdotal à tous les prêtres dès qu’il est follement usurpé par un seul ! » 2 L’unité de l’Église n’a pas été brisée par ce malentendu.

 

Un serpent dans le jardin de l’Église

Du vivant de saint Grégoire, cependant, un événement discret se produisit en Espagne qui conduisit, à terme, à une division permanente. En 589, au Concile de Tolède, le mot filioque 3  a été inséré dans le Credo de Nicée, de sorte qu’il se lit comme suit : « Je crois… au Saint-Esprit… qui procède du Père et du Fils. » Cela a été fait pour renforcer la divinité de Dieu le Fils, puisque l’Espagne avait été envahie par les Ariens qui niaient son égalité avec Dieu le Père. Mais la formulation modifiée à Tolède est un passage de l’Écriture  4, et l’Écriture ne peut pas être modifiée. Ce concile local a désobéi au Conseil œcuménique de Constantinople, qui avait décidé qu’aucune modification ne pouvait être apportée au Credo de Nicée. Passant lentement en Europe centrale et dans le reste de l’Occident, le filioque fut une bombe théologique à retardement dont la mèche a duré quatre siècles et demi.

 

Le sixième concile œcuménique (680)

Le schisme des monophysites, qui n’avaient pas accepté le quatrième concile, réduisait considérablement la taille et l’influence de l’Église dans les pays d’Orient. Pour se concilier avec eux, l’empereur promulgua une doctrine appelée monothélisme, qui affirmait que même si la divinité et l’humanité du Christ étaient deux natures distinctes, il ne possédait qu’une seule volonté divine. Les monophysites l’ont approuvée, et pas moins de trois patriarches de Constantinople et le pape Honorius de Rome ont reconnu cette doctrine. En Orient, saint Maxime et, en Occident, le successeur d’Honorius au poste de pape, saint Martin Ier, attaquèrent vigoureusement cet enseignement et gâchèrent les plans de l’empereur. Si le Christ n’a pas de volonté humaine distincte, insistaient-ils, alors il n’est pas vraiment un homme, car aucun homme sans volonté humaine n’est un vrai homme. Les deux saints ont subi de plein fouet le mécontentement de l’empereur. Le pape Martin est capturé et condamné à travailler comme un simple criminel près de la mer Noire, où il meurt d’épuisement.

Au milieu du tumulte, l’empereur Constantin Pogonatos convoqua le sixième concile œcuménique de l’Église en 680 à la Nouvelle Rome. Le monothélisme fut condamné et le pape Honorius fut dénoncé comme hérétique 5 . Il est intéressant de noter que l’histoire de sa condamnation a continué à être lue une fois par an dans le service catholique romain des Matines jusqu’à ce que ce passage inconfortable soit arraché au XVIème siècle 6 Le saint pape Agathon et le saint patriarche Georges de Constantinople ont apporté leur total soutien au saint concile. Il faut se rappeler qu’à cette époque de l’histoire, les papes de Rome étaient largement vénérés dans toute l’Église, à l’Est comme à l’Ouest, comme ayant la position la plus fermement orthodoxe de tous les anciens sièges apostoliques. Rome n’a été touchée que légèrement par l’arianisme, le monophysisme, le monothélisme, le pélagianisme, le nestorianisme et autres — ismes. Les papes romains ont également résisté fermement à la modification filioque du Credo.

 

Le concile « Quinisext » — 692

Les Ve et VIe Conciles œcuméniques s’étaient entièrement occupés de questions de dogme et n’avaient pas émis de canons pour gérer les affaires de l’Église. Par conséquent, un Saint Concile a été convoqué à Constantinople pour émettre des canons. Il est souvent appelé « Quinisexte » ou « Cinquième-Sixième » et est considéré comme une extension de ces conciles. Voici quelques-unes de ses décisions : Les évêques ne peuvent pas se marier ; les diacres et les prêtres doivent être autorisés à se marier avant leur ordination, mais ne doivent jamais se marier après ; la coutume romaine du jeûne le samedi, qui différait de la coutume apostolique, n’est pas autorisée. En outre, tous les clercs de l’Église étaient strictement exclus des affaires politiques, militaires et économiques de ce monde. Bien que Rome ait eu à cette époque des règles locales interdisant le mariage des diacres ou des prêtres, et que les Romains jeûnaient le samedi, les canons qui ne permettaient pas ces pratiques furent officiellement admis à Rome, du moins pour un temps, et les Églises romaine et orientale restèrent unies.

 

Les missions

Tout au long des VIIe et VIIIe siècles, l’Évangile a été lentement accepté par une partie de plus en plus grande de l’Europe, mais il faut se rappeler qu’une grande partie de l’Europe était encore vigoureusement païenne. De nombreux peuples européens étaient si farouches que leur acceptation finale du doux Jésus de Nazareth est considérée par certains historiens comme le plus grand miracle de l’histoire chrétienne. L’évangélisation à cette époque était principalement menée par des moines, et leurs principes solides sont toujours d’actualité. Ils fondaient un monastère dans un endroit isolé, loin des habitations humaines, dans une région païenne. Certains d’entre eux pouvaient prêcher aux gens, mais seulement s’ils avaient un don spécial pour cela. Les autres frères se contenteraient de vivre pleinement leur style de vie évangélique. Avec le temps, les habitants de la région découvraient la vraie nature de la vie des chrétiens, et quand ils aimaient ce qu’ils voyaient, ils s’approchaient du baptême. La componction et la beauté ordonnée des services religieux réchauffaient également le cœur de ces peuples et servaient à les convertir tout autant que les conversations et les raisonnements. En Europe occidentale, ce sont les moines irlandais qui ont été les missionnaires les plus actifs ; en Europe centrale, les moines et les moniales bénédictins d’Angleterre ont christianisé les terres allemandes.

 

Les iconoclastes

Le VIIIe siècle a été marqué par une stabilité et une harmonie doctrinales générales dans les églises occidentales, mais par une grande agitation dans les églises orientales. Une succession d’empereurs byzantins, appelés les iconoclastes ou « briseurs d’icônes », condamnèrent la pratique chrétienne générale de la vénération des images (« icônes ») du Christ, de la Vierge Marie et des saints, et déclenchèrent une persécution sanglante contre ceux qui ne voulaient pas céder leurs images afin de les détruire. Les iconoclastes citaient l’Écriture elle-même : Dieu n’avait-il pas interdit à son peuple d’adorer des images gravées ? Les vénérateurs d’icônes, pour la plupart des femmes et des moines pieux, ont persévéré face à la torture et à la mort.

 

Le septième concile œcuménique — 787

Enfin, en 787, un concile général fut convoqué à Nicée par l’impératrice Irène. Ce fut le septième et dernier concile œcuménique de l’Église (Nicée II). Les Saints Pères ont déclaré que la vénération des icônes n’était pas seulement possible, mais faisait partie intégrante de la foi chrétienne. Ils considéraient l’ensemble du conflit comme étant d’ordre christologique, c’est-à-dire qu’ils considéraient l’objection selon laquelle Dieu ne peut être représenté comme un refus de reconnaître que Dieu a réellement pris chair. Aucun homme ne peut voir le Dieu invisible. En Jésus-Christ, cependant, l’Invisible a voulu être rendu visible, comme le Christ l’a dit à Philippe lors de la dernière Cène : « Philippe, celui qui me voit, voit aussi mon Père. » Les Pères ont cependant soigneusement défini que nous n’osons pas adorer les icônes elles-mêmes — elles ne sont que du bois et de la peinture — mais plutôt, à travers elles, nous honorons le prototype, ce qu’elles ont été faites pour représenter. Nous n’honorons pas le drapeau de notre pays, par exemple, parce que nous souhaitons vénérer le coton, mais à cause de ce que le drapeau représente. Le Concile a également proclamé que les icônes sont « l’Évangile en peinture » et qu’elles sont nécessaires à l’instruction biblique de ceux qui ne savent pas lire.

 

Le retour des iconoclastes

Malgré la position adoptée à Nicée, la bataille au sujet des icônes fait rage. En 792, Charlemagne envoie au pape des livres condamnant la vénération des icônes au sens de Nicée. De la même manière, ils condamnèrent l’Orient pour avoir « enlevé » (!) le filioque du Credo. Le plan de Charlemagne était de délégitimer l’Empire romain d’Orient afin de construire son propre nouvel Empire romain. Ses plans politiques furent couronnés de succès, mais son attaque contre notre Credo et les saintes icônes ne le fut pas. Alarmé par ses prétentions théologiques, le pape saint Léon III, celui-là même qui l’avait couronné huit ans auparavant, fit graver le Credo original (sans filioque) sur des plaques d’or et d’argent, en grec et en latin, et l’apposa à gauche et à droite du tombeau de saint Pierre.

En 802, l’impératrice Irène meurt et un féroce iconoclaste s’empare du trône byzantin. Ce n’est qu’en 843 que les icônes ont été définitivement restaurées en Orient, cette fois par une autre impératrice, Sainte Théodora. En tant qu’épouse de l’empereur iconoclaste, elle avait réussi à conserver ses icônes en les appelant ses « poupées ». À sa mort, elle monta sur le trône et renouvela l’allégeance de Constantinople au Septième Concile. Malgré ses hésitations pendant l’ère patristique, Constantinople s’est avérée aussi fermement orthodoxe après le septième concile que Rome l’avait été avant.

 

L’Orient et l’Occident s’éloignent

Très tôt, les moitiés orientale et occidentale de l’Église ont commencé à se séparer. La langue grecque prédominait à l’Est ; le latin prédominait à l’Ouest. La liturgie byzantine prédominait à l’Est, la liturgie romaine à l’Ouest. Les Orientaux avaient tendance à adopter un point de vue mystique, les Occidentaux un point de vue pratique. Lorsqu’ils considéraient Dieu, les Latins commençaient par l’Unité et passaient à la Trinité ; les Grecs commençaient par la Trinité et passaient ensuite à l’Unité. Lorsqu’ils considéraient la Crucifixion, les Latins mettaient l’accent sur le Christ comme Sacrifice, les Grecs sur le Christ comme Victorieux. Les Occidentaux parlaient davantage de rédemption, les Orientaux de déification, et ainsi de suite. Il était facile de créer des malentendus et difficile de les dissiper. Pourtant, l’unité de l’Église était préservée et empêchait que des tendances individuelles d’une partie de l’Église puissent perturber l’équilibre de la pensée chrétienne dans son ensemble. L’idéal était l’unité dans la diversité, même si, dans la pratique, les croyants orientaux et occidentaux se considéraient de plus en plus souvent comme des étrangers.

 

Les jeux de pouvoir

On sait qu’en Occident, les papes de Rome ont commencé dès le Ve siècle à jouer un rôle plus monarchique et unilatéral que celui de leurs collègues orientaux. Depuis que la liberté avait été accordée aux croyants par le gouvernement de l’Empire romain, l’évêque de Rome, la capitale, s’était vu attribuer une primauté d’honneur par les autres évêques du monde. Les différends entre évêques étaient soumis au métropolite de la région (évêque d’une grande ville), et les différends entre métropolites et autres cas épineux étaient portés devant le pape de Rome, bien que même ses décisions ne soient pas considérées comme absolument contraignantes. En fait, en raison de l’orthodoxie constante de Rome, même les conflits religieux y étaient renvoyés. Bien entendu, l’absence de stabilité politique en Italie obligeait les papes à être des souverains bienveillants de type paraséculier. De nombreux papes géraient admirablement cette nécessité, mais d’autres, sans tenir compte du dicton de saint Jérôme « Que la convoitise du pouvoir romain cesse », menaient une campagne sans relâche pour accroître l’étendue de leur autorité. En l’an 850, le pape pouvait agir non seulement comme un frère aîné, mais, en Occident du moins, comme un maître. C’était, bien sûr, précisément la plainte que le saint pape Grégoire, 250 ans auparavant, avait formulée à l’encontre du patriarche Jean.

 

L’unité de l’Église est interrompue

En 858, 15 ans après que l’impératrice Théodora eut restauré les icônes, la question de la prérogative papale a éclaté. Cette année-là, saint Ignace, patriarche de Constantinople, est remplacé comme patriarche par le brillant saint Photius le Grand. Le pape Nicolas Ier y voit l’occasion d’accroître son influence. Il prétendit que saint Ignace, qui était en fait l’ami de Photius, avait été injustement évincé, qualifia Photius d’imposteur et envoya trois représentants à la Nouvelle Rome pour juger le « cas » de Photios. Saint Photius reçut les délégués avec honneur et les invita à présider une audience, au cours de laquelle ils jugèrent son cas. Le résultat fut qu’ils approuvèrent sa légitimité sans réserve. De retour à Rome, Nicolas s’oppose à leur décision et tient sa propre audience, déposant Photius. Personne en Orient ne fit attention à sa sentence, et la communion de Rome avec Constantinople fut ouvertement rompue tant que Nicolas fut pape.

 


par P. hiéromoine Aidan (Keller)

Les éditions St. Hilarion Press, 2002

Traduction : hesychia.eu

Vous avez relevé une erreur dans le contenu de cette page, et vous souhaitez la signaler ? Pour cela, surlignez-la, puis appuyez simultanément sur les touches Ctrl + Entrée. Nous procéderons aux corrections si nécessaire et dès que possible.


 

 
 

  1. Saint Ambroise de Milan et Saint Grégoire de Tours ont également utilisé le mot Messe.
  2.   http://foi-orthodoxe.fr/la-papaute-moderne-condamnee-par-le-pape-saint-gregoire-le-grand/
  3. « Filioque » est un mot latin qui signifie « et du Fils »
  4.   Lors de la dernière Cène, le Christ a dit : « Mais, lorsque le Paraclet que Je vous enverrai de la part du Père, l’Esprit de vérité qui procède du Père, sera venu, Il rendra témoignage de Moi » (Jn 15,26)
  5. « Avec eux nous sommes d’avis de bannir de la sainte Église de Dieu et d’anathématiser également Honorius, jadis pape de l’ancienne Rome, car nous avons trouvé dans les lettres envoyées par lui à Sergius qu’il a suivi en tout l’opinion de celui-ci et qu’il a sanctionné ses enseignements impies » (Mansi, XI, col. 556
  6. Dans certains bréviaires jusqu’au XVIe ou au XVIIIe siècle, Honorius était mentionné comme hérétique dans la leçon de matines du 28 juin, fête du saint pape Léon II : « In synodo Constantinopolitano condemnati sunt Sergius, Cyrus, Honorius, Pyrrhus, Paulus et Petrus, nec non et Macarius, cum discipulo suo Stephano, sed et Polychronius et Simon, qui unam voluntatem et operationem in Domnino Jesu Christo dixerunt vel praedicaverunt. » 

Sur le même thème

Pas de commentaire

Laisser un message

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :