Histoire, Orthodoxie

Une histoire de l’église pour les chrétiens orthodoxes – IV

5 juin 2020

par père hiéromoine Aidan (Keller)

Les éditions St. Hilarion Press, 2002

traduction: hesychia.eu
Le Troisième Concile – 431 A.D.

L’année après la dormition de saint Augustin, le troisième concile de l’Église s’est réuni à Éphèse, où avaient vécu l’apôtre Jean et la Vierge Marie. Nestorius, le patriarche de Constantinople, établissait une telle séparation entre la nature humaine du Christ et sa nature divine qu’il a affirmé dans un sermon de Noël qu’il était humiliant pour lui d’adorer un Dieu dans une crèche ! Le Concile l’a défroqué et a déclaré que, parce que Christ est à la fois Dieu et homme, la Vierge Marie est vraiment Théotokos, Mère de Dieu. Nestorius se dirigea vers l’est, « ordonna » de nombreux membres du clergé et fonda de nombreuses églises, toutes séparées des orthodoxes et l’appelant St. Nestorius. Mais le prochain Concile a occasionné une apostasie encore plus terrible.

Le Quatrième Concile – 451 A.D.
Evangile illuminé

Evangile illuminé de la fin du XIVe-début du XVe siècle

Il y a ceux qui sont allés si loin en évitant le nestorianisme qu’ils ont développé une autre erreur, le monophysisme (du grec pour « une seule nature »). Ceux-ci enseignaient que les côtés humain et divin du Christ étaient si étroitement unis qu’ils avaient fusionné en une seule nature humaine / divine (qui ne serait donc ni vraiment humaine ni vraiment divine). La controverse est devenue virulente. L’impératrice, sainte Pulcherie, a convoqué un Concile œcuménique à Chalcédoine pour résoudre le dilemme et, aidés par un miracle évident opéré sur la tombe du martyr Euphemia, les Pères ont statué contre les monophysites.
Les Pères du Concile ont transcrit l’enseignement orthodoxe sur un rouleau et celui des Monophysites sur un autre, puis les ont placés tous les deux dans le tombeau de Sainte Euphémie et ont commencé à jeûner et à prier. Après 3 jours, ils ont ouvert le tombeau pour trouver le rouleau orthodoxe dans la main de la Sainte et le rouleau monophysite piétiné sous ses pieds. Euphémie avait parlé; le cas était clair.
Malheureusement, pour des raisons à la fois religieuses et politiques, une grande dénomination dissidente a été formée, comprenant les coptes égyptiens, les jacobites syriens et leurs disciples en Inde. Ce groupe a rejeté le quatrième Concile (et les suivants). L’orthodoxie proclame deux natures en Christ, divine et humaine, chacune distincte, ni fusionnées ni divisibles. Récemment, cet enseignement a commencé à être critiqué. Une poignée de dirigeants orthodoxes affirment que les Monophysites d’aujourd’hui ne croient pas au monophysisme classique et que les orthodoxes devraient s’unir à eux. Les monophysites ont réagi en atténuant dans une large mesure leur base historique. Néanmoins, les orthodoxes traditionnels ont été alarmés par un plan d’unité formulé à Chambesy, en Suisse, en 1990, plan signé par les représentants de la plupart des patriarcats orthodoxes. Il n’a pas mentionné que les chrétiens monophysites devraient accepter le quatrième concile et tous les conciles suivants. Des condamnations du plan Chambesy sont arrivées du mont Athos, du patriarcat géorgien et du clergé traditionnel de partout. Les orthodoxes estiment qu’ils ont plus de points communs avec les monophysites qu’avec tous les autres chrétiens séparés, mais tant que la moitié des conciles œcuméniques sont rejetés, il ne peut y avoir de véritable unité.


La chute de Rome

Bouleversée par la décadence morale, affaiblie par les conflits internes et ébranlée par le coup économique et idéologique infligé par Constantin lors de la relocalisation de la capitale à Constantinople, la vieille Rome a été ébranlée au Ve siècle par les attaques barbares successives. Finalement, en 476, Rome tomba définitivement entre les mains des envahisseurs païens. Beaucoup pensaient que le monde avait pris fin lorsque la ville, ancienne plaque tournant la culture, de la civilisation et de l’ordre occidentaux, s’est effondrée. Les répercussions sur l’Église du Christ sont importantes, surtout à long terme, car alors que l’ordre public se désintègre en Italie, les papes de Rome sont contraints par pure compassion d’assumer un nouveau rôle quasi gouvernemental. Ils ont commencé à superviser les œuvres de bienfaisance publiques et à assurer la médiation et même le contrôle des affaires publiques. En peu de temps, le siège de Rome était devenu une forme de gouvernement à part entière. Tant que des hommes saints et capables dirigeaient l’Église romaine, l’arrangement fonctionnait, mais par la suite, le dicton « le pouvoir corrompt » est devenu réalité. Lentement, au cours des 300 ans, se manifesta l’attitude selon laquelle les papes gouvernaient l’Église entière, ce qui finit par alarmer les autres Églises locales.


Une aubaine

Quatre ans seulement après la chute de Rome, Saint Benoît le Grand est né à Norcia, en Italie. Formé à Rome, il l’a quitté à un jeune âge pour chercher le Christ comme ermite habitant une grotte dans un endroit sauvage. Il a attiré de nombreux disciples et a écrit une Règle pour les guider dans la vie monastique. La Sainte Règle nous révèle Benoît comme un génie de discrétion et de modération. Il a adapté la sévérité de l’ascétisme des moines orientaux au caractère occidental, insistant davantage sur l’obéissance et le travail interne que sur le jeûne et les grands exploits. Saint Benoît est connu comme le père de la civilisation occidentale parce que les monastères ont été pendant de nombreuses années les seules oasis de stabilité et d’apprentissage dans un monde barbare. Ils ont nourri les pauvres, sauvé les livres, enseigné aux gens comment les lire et encouragé une nouvelle éthique, enseignant au monde que le travail manuel était honorable. (Autrefois, le travail manuel était jugé méprisable et ne convenait qu’aux pauvres et aux esclaves).
Beaucoup de gens s’opposent aujourd’hui au christianisme au motif que personne ne fait comme les premiers chrétiens : partager tous les biens en commun, renoncer à la propriété privée, vivre en communauté, prier quotidiennement, « travailler avec [les] mains, la chose qui est juste », et les autres choses mentionnées dans les Actes des apôtres. Dans les monastères de l’Église orthodoxe, au moins, ce mode de vie existe toujours — à la gloire de Jésus-Christ.


Le Cinquième Concile — 553 A.D.

Le cinquième Concile œcuménique de la Chrétienté a été convoqué parce que certaines lettres, appelées les Trois Chapitres, circulaient, modifiant la définition de la foi convenue à Chalcédoine. Dans le tumulte, le pape Vigilius s’est lassé de l’argument et a décrété que, prises dans le meilleur sens, ces lettres étaient acceptables, et il a ajouté quelques vagues considérations théologiques. Les évêques d’Afrique ont coupé le pape de la communion et lui ont ordonné de se repentir. L’empereur Théodose a appelé un saint Concile contre la volonté du Pape, et les pères réunis à Constantinople ont jugé que les Trois Chapitres n’étaient pas orthodoxes et ont laissé entendre que le Pape Vigilius était hérétique. Ce Concile a condamné Origène († 254), un enseignant brillant qui avait enseigné que les âmes vivaient spirituellement avant d’être placées dans le corps à cause du péché, et que tous les anges et les personnes mauvais entreraient un jour au ciel après la purification.
La doctrine qui nie la damnation éternelle est appelée apokatastasis, ce qui signifie « restauration finale de toutes choses ». Ce n’est pas une croyance chrétienne ; à la fois les paroles de Notre Sauveur (Mc 9 : 44-48 ; Mt 18 ; 8, 25:41, 46 ; voir aussi 2 Tim 1 : 9 et Jude v. 6) et les anciennes liturgies des chrétiens (par exemple, « délivrez-nous de la damnation éternelle » dans le Canon du rite occidental) enseignent la réalité de l’Enfer éternel pour ceux qui le choisissent.


Les cinq patriarcats

Au Ve siècle, la structure globale de l’Église est devenue fixe en tant que Pentarchie. Cinq patriarches, évêques qui sont les pasteurs de grandes sections du monde à partir de cinq centres chrétiens importants, en communion les uns avec les autres, et investis avec des responsabilités pastorales particulières. Ces évêques étaient décrits comme les « cinq sens » de l’Église. Nous pouvons voir que l’essence de l’Église était encore dans l’unanimité de la foi, mais pas dans une structure de commandement, car parfois certains patriarches, tels que le pape Vigilius de Rome, s’éloignaient de la foi et étaient coupés du reste de l’Église. Les Patriarcats étaient, par ordre décroissant d’honneur, Rome, Constantinople, Alexandrie, Antioche et Jérusalem. La pentarchie est toujours l’idéal de l’Église, mais diverses apostasies et controverses l’ont rendue pratiquement impossible depuis au moins 1054 apr. J.-C., et de nouveaux patriarcats se sont développés au fil des siècles — ceux de la Serbie, de Moscou, de la Bulgarie, de la Roumanie et de la nation géorgienne.


Vous avez relevé une erreur dans le contenu de cette page, et vous souhaitez la signaler ? Pour cela, surlignez-la, puis appuyez simultanément sur les touches Ctrl + Entrée. Nous procéderons aux corrections si nécessaire et dès que possible. .

Sur le même thème

Pas de commentaire

Laisser un message

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :