Fritjof Tito Colliander, La foi vivante de l’église orthodoxe, Orthodoxie

La voie du salut

22 janvier 2019

Fritjof Tito Colliander

«La foi vivante de l’église orthodoxe»

 Comme l’Église et toute la création, l’homme est la synthèse entre l’esprit et la matière. Il n’y a pas de conflit : l’âme et le corps forment un tout, dépendent l’un de l’autre et s’influencent réciproquement, dans le bien ou le mal, jusqu’à la mort de la chair.

Dieu a crée l’homme non pas seulement à Son image, mais également „selon Notre ressemblance” (celle de la Sainte Trinité) (Genèse 1,26). Cela signifie que Dieu a laissé de la place pour l’effort propre de l’homme orienté vers la perfection de la Trinité. Entre temps, l’homme est devenu, par la chute dans le péché, ennemi du Dieu avec son esprit[1], mais cette animosité est exclusivement de notre coté, et non pas de Dieu. Depuis le début du monde, Son pardon est parfait, constant en sans condition. Il agit toujours par Jésus-Christ : „venez à Moi” dit l’Amour que Dieu verse sur nous[2]. L’homme n’a qu’un choix à faire : répondre à l’appel, ou demeurer sur place.

Il est ainsi dans notre pouvoir de faire la paix avec Dieu. Mais, sans la foi, nous arrivons nulle part : sans la foi, nous ne soupçonnons même pas le besoin d’une conciliation. La foi nous a été donnée comme une sorte d’outil, ou comme un sens, le sixième, et sa clef est l’amour. Nous espérons ce que nous aimons, et nous croyons ce que nous espérons; nous pouvons nous soucier de choses de ce monde, nous pouvons croire à la «bonté de Mamon», ou nous pouvons orienter notre amour – et notre foi – vers Dieu. Le premier choix nous écarte de la lumière, pendant que le second nous en approche. 

 


[1] Et vous qui autrefois étiez étrangers, vous dont les œuvres mauvaises manifestaient l’hostilité profonde      Colossiens 1,21

[2] «Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi je vous donnerai le repos»                    Matthieu 11,28

Sur le même thème

Pas de commentaire

Laisser un message