Fritjof Tito Colliander, La voie des ascètes, Orthodoxie

Pour une intention constante et déterminée

22 janvier 2019

Fritjof Tito Colliander

«La voie des ascètes»

 Si tu désires sauver ton âme et gagner la vie éternelle, lèves-toi de ton sommeil, signes-toi et dis :

            Au nom du Père, du Fils, et du Saint Esprit. Amen.

La foi ne vient pas en réfléchissant, mais en agissant. Ni les mots ni les réflexions ne nous apprennent  qui est Dieu, mais l’expérience personnelle.  Afin de laisser entrer l’air frais, nous devons ouvrir la fenêtre; afin de bronzer, nous devons nous exposer au soleil. L’acquisition de la foi n’est pas différente; nous ne pouvons pas atteindre un but en restant assis confortablement à attendre, disent les saints Pères. Suivons l’exemple du Fils Prodigue : Il s’est levé et est venu[1].

Aussi alourdi et mêlé dans les affaires du monde que tu pourrais l’être, il n’est jamais trop tard. Il y a une raison pour qu’il soit écrit qu’Abraham avait soixante-quinze ans quand il s’est mis en marche, et que le laboureur de la onzième heure reçoit le même salaire que celui qui est arrivé le premier.

De même, ce n’est jamais trop tôt, car un feu de forêt est plus facile à éteindre au début. Préfères-tu voir ton âme ravagée et carbonisée ?

Au baptême, tu as reçu l’ordre de mener le combat invisible contre les ennemis de ton âme; le temps est venu pour que tu t’y engages. Tu as hésité trop longtemps : plongé dans l’indifférence et la paresse, tu as perdu beaucoup trop de temps. Ainsi, maintenant il faut commencer au début : tu as laissé la pureté que tu as reçu au baptême être salie affreusement.

Lèves-toi, alors; à l’instant, sans tarder. Ne tardes pas ta décision jusqu’à ce soir, demain, ou plus tard, quand t’aurais fini de faire ce que tu dois faire maintenant. L’attente pourrait t’être fatale.

Non, maintenant, à l’instant où tu prends cette décision, tu montres par tes actes que tu as quitté l’homme ancien et commencé une vie nouvelle, avec une nouvelle destination et une nouvelle façon de vivre. Lèves-toi alors, sans peur, et dit : Seigneur, accordes-moi de commencer maintenant. Aides-moi ! Parce-que ce dont tu as besoin le plus à ce moment est le secours de Dieu. Respectes ta décision et ne regardes pas en arrière. Nous avons étés prévenus par l’exemple de la femme de Lot, qui s’est transformée en pilier de sel quand elle a tourné son regard[2].. Tu as quitté l’homme ancien; laisses derrière toi les vieux chiffons. Comme Abraham, tu as entendu la voix du Seigneur : Pars de ton pays, de ta famille et de la maison de ton père vers le pays que je te ferai voir[3]. C’est vers ce nouveau pays que tu dois diriger dorénavant toute ton attention.

 


[1] Rentrant alors en lui-même, il se dit : Combien d’ouvriers de mon père ont du pain de reste, tandis que moi, ici, je meurs de faim ! Je vais aller vers mon père et je lui dirai : Père, j’ai péché envers le ciel et contre toi. Traite-moi comme un de tes ouvriers. Il alla vers son père. Comme il était encore loin, son père l’aperçut et fut pris de pitié : il courut se jeter à son cou et le couvrir de baisers. Luc 15, 17-20

[2] La femme de Lot regarda en arrière et elle devint une colonne de sel.  Genèse 19,26

[3] Genèse 12,1

Sur le même thème

Pas de commentaire

Laisser un message