Calciu-Dumitreasa, Communisme, Histoire, La foi vivante de l’église orthodoxe, Orthodoxie, Vivre la foi ...

Les sermons de carême du père Gheorghe Calciu – V

21 décembre 2019

Le sacerdoce et la souffrance humaine

Paroles prononcées à l’église de Radu-Voda, le quatrième mercredi du Grand Carême, le 5 avril 1978

Cuvintele către tineri – ediție îngrijită și postfață de Răzvan Codrescu, p.25-37, Editura Christiana, București, 2015

traduction: hesychia.eu

«Tu es prêtre pour l’éternité, selon l’ordre de Melchisédek…» (Hébreux 5,6)

Tu t’es peut-être demandé, mon jeune ami, pourquoi c’est moi qui suis venu te parler et au nom de qui je te parle. Quel est mon droit à ces paroles qui te troublent et t’obligent à te poser des questions difficiles ? Pourquoi suis-je venu confirmer tes peurs incomprises et t’ouvrir de perspectives si neuves et si inattendues, qu’elles brisent l’équilibre de ton système de défense ?

Les infidèles tirant sur l’icône de St. George

Les infidèles tirant sur l’icône de St. George, Musée Russe, Saint Petersburg

Peut-être qu’en te découvrant ta pureté et ton innocence que tu ne connaissais pas, je t’ai rendu plus vulnérable à la méchanceté du monde. Je t’ai rendu plus ouvert à la souffrance et il est naturel que tu te demandes quel est son but. A-t-elle un but, ou s’agit-il seulement d’une chance aveugle, d’un destin tracé par les étoiles, un océan sans fin où tu peux nager sans l’espoir d’atteindre le rivage ?
Je te parle au nom du Christ et de son église. Au nom de la prêtrise à laquelle Jésus m’a appelé. Parce que rien de ce qui se passe dans ce monde n’est un jeu du hazard inconscient et arbitraire, mais tout part d’une cause et tend vers une finalité qui est en dehors du monde. La cause est Dieu et la fin est toujours Die; Il est «le début et la fin, l’Alpha et l’Oméga» (Apocalypse 1,8).
Mais quel est le tableau de ce monde ? Quelle certitude nous offre-t-elle, quel bonheur peut nous attendre aux croisements inconnus de notre vie, quel réconfort dans le malheur ?

Je ne commencerai ni par la vie, ni par la mort, ni par le début, ni par la fin, mais par ce qui nous est donné, par ce qui nous arrive tous les jours.
Tu t’es demandé, jeune homme, quel est ton but dans le monde, et si tout est réduit à lui ?
Si nous sommes nés pour être esclaves de la matière, d’une manière justifiée philosophiquement, alors la finalité de notre vie est l’esclavage.
Si notre liberté est réduite à la nécessité ou à la logique, alors notre liberté est un esclavage.
Si toute notre connaissance est réduite à une compréhension stérile et jamais totale des lois de la matière, alors notre connaissance est esclavage.
Si notre amour est réduit à la lutte pour l’existence et notre sacrifice à la perpétuation de l’espèce, ils ne sont alors que de l’esclavage.
Enfin, si toutes nos croyances découlent d’une doctrine imposée officiellement, elles ne peuvent être que de l’esclavage.
Et dans cette situation, jeune ami, où est la place de ton âme ?

Tu sens qu’au-delà de tout le matérialisme avec lequel tu as été intoxiqué, au-delà de l’athéisme qu’on t’impose par la violence idéologique, il y a quelque chose de beaucoup plus vaste, beaucoup plus authentique et plus proche de toi que tout ce qui t’a étouffé dans ce bain matérialiste. Vers ce quelque chose, comme vers un monde rêvé et deviné, te pousse l’esprit qui est en toi.
Tu peux apercevoir ce monde comme un ciel bleu baigné de soleil, à travers les barreaux des interdits que la société t’impose. Une oasis.
Sache, mon ami, qu’aucune idéologie athée, aucune règle matérialiste, aussi autoritaires qu’elles soient, n’est capable de dresser un mur totalement impénétrable entre toi et le monde spirituel.

L’âme ne peut être prise prisonnière. C’est une loi que les matérialistes ignorent, pour leur perte. Spirituellement, il n’y a pas de prisonnier sans espoir.

Tes professeurs te parlent d’athéisme et vont secrètement à l’église ! Voici une fissure à travers laquelle la lumière dorée de l’espace spirituel te parvient.
Tes dirigeants idéologiques fulminent contre la religion, en prononçant les plus terribles imprécations, mais en temps de détresse, ils font aussi des croix rapides, demandant l’aide de Dieu ! Comme pendant le tremblement de terre du 4 mars. Voici une autre faille par laquelle votre âme s’échappe de la prison suffocante que l’idéologie officielle a construite pour vous.
Lors des réunions athées, les orateurs, forcés de parler, accusent ceux qui croient ou qui ont été surpris en train de commettre le «crime» d’aller à l’église. Mais au-delà de leurs paroles mensongères, au-delà de leurs déclarations creuses, tu aperçois leur crainte de ne pas être découverts qu’ils ont également une foi religieuse ! Le mensonge, dans lequel ils nagent si lamentablement, brise à nouveau le mur de ta cellule, laissant une douce lumière y pénétrer et tu te demandes : «D’où vient cette lumière surnaturelle ? C’est une lumière entièrement étrangère à notre monde !»
Je vous ai parlé de ces choses dans les quatre paroles précédentes et j’en parlerai davantage. Car je suis un prêtre du Christ. Parce que Dieu nous a révélé, par amour, ce mystère de ses œuvres. Et parce que Jésus m’a commandé de te le faire savoir, à toi aussi, afin que tu ne puisses pas dire : «Je ne savais pas !» Afin de savoir que tu peux voler et que seul le vol spirituel est vraiment élevé; celui de la matière a les ailes brisées.
Je t’ai parlé de tout cela parce que l’Église du Christ est sortie des catacombes. Elle resplendit éblouissante sur la terre de ce pays, fièrement bâtie dans nos cœurs.
L’Église Enei a été démolie, mais qui, parmi nous, Roumains et chrétiens, peut l’oublier ?
À sa place ils bâtiront une taverne, le symbole d’une conception qui considère l’église comme une peste et la taverne un bienfait pour le peuple…

Malheur à l’architecte qui construira là, liant son nom à l’agression contre une preuve du génie roumain voïevodal, d’architecture et de foi !
Malheur aux décideurs qui construiront leur gloire et leur autorité sur la démolition d’églises et la construction de tavernes !
Malheur à cette conception qui pense qu’une auberge Agapia a plus de valeur qu’un monastère Agapia !
Malheur à ceux qui pensent que le Patriarcat roumain est une histoire qui peut être exposée dans un musée sans comprendre que c’est une vie vivante et toujours présente ! Non pas une histoire pas ossifiée, mais âme vivante.
Malheur à eux et malheur à ceux qui se plient devant la force, en admettant des destructions qui ne seront jamais acceptées par l’histoire !

Je vous ai dit tout cela parce que je suis prêtre, parce que nous sommes prêtres et que nous obéissons au commandement de Dieu, qui dit que la lumière ne se cache pas sous le boisseau, mais qu’elle doit briller devant tous.  (Mt 5,15)
Je vous ai dit tout cela, mes jeunes amis, afin que vous jugiez s’il est juste, devant Dieu, d’écouter les gens plus que Dieu. Et parce que celui qui s’est sacrifié sur la croix pour le salut du monde nous a commandé de ne pas cacher la vérité divine.
Je vous ai dit toutes ces choses afin de comprendre que, par la foi, nous brisons les murs et rompons la chaîne des dangers, même si «dans le monde, vous aurez à souffrir»(Jn 16,33).

Il y a une guerre permanente entre le bien et le mal, entre la justice et l’injustice, entre la liberté et la captivité des idées, entre la pureté et la corruption; et tous ces combats se déroulent sur un unique champ de bataille, qui est le cœur de l’homme. À ce cœur je parle, moi, prêtre du Christ, car le coeur a ses raisons que la raison ignore, comme disait Blaise Pascal.

Qu’est-ce que le sacerdoce signifie alors ?
Cela signifie être le témoin compatissant de la souffrance humaine et la porter sur tes épaules. Être celui qui réchauffe le lépreux dans son sein et donne vie au misérable par le souffle sa bouche. Être le consolateur de toute personne malheureuse, même lorsque tu te sens abattu par l’impuissance. Apporter un rayon de lumière éclatante dans le cœur des malheureux, même si vos yeux aveugles ont depuis longtemps cessé de voir la lumière. Porter sur tes épaules la montagne de la souffrance humaine, même lorsque ton être hurle écrasé par sa propre souffrance. Mais votre chair se révoltera et dira : «Cet héroïsme absurde est inadmissible ! Où est cet homme, où est le prêtre que vous me décrivez, pour ajouter mes souffrances sur ses épaules ?»

Et pourtant il existe. De temps en temps, le prêtre du Christ se réveille en nous, qui, comme le miséricordieux Samaritain, se penche sur celui qui est tombé entre les mains des voleurs, et le ramène sur le dos son âne dans l’Église du Christ. Et il s’oublie lui-même et te console, homme de souffrance !
Aujourd’hui, qui peut encore avoir pitié de tes souffrances ? Qui d’autre, aujourd’hui, touché par ta souffrance, peut te parler en te disant des mots de réconfort ? De qui pouvez-vous encore entendre les paroles du Christ aujourd’hui : «Venez à moi, tous ceux qui peinez et ployez sous le fardeau…»
Je t’ai vu, mon jeune ami, brutalisé par les anciens, offensé et insulté, uniquement à cause de ta jeunesse. Je t’ai parlé alors comme à un homme souffrant de faiblesses et de douleurs, comme à un être sensible et sans défense. Je t’ai vu alors, à mon effroi et à ma joie, te pencher et embrasser ma main, non pas à moi, mais au prêtre du Christ qui t’avait apporté la consolation. Parce que tu as vaincu la mort à laquelle une doctrine athée t’a condamné, parce que tu es sorti des ruines du matérialisme anéanti par ta jeunesse et ta foi, je vais maintenant te répéter les paroles de Jésus, telles qu’elles ont été prononcées par la bouche de l’apôtre des Gentils. Elles sont absurdes pour les prisonniers de la matière et du matérialisme, pour ceux qui échangent une taverne contre une église et l’indécence contre la souffrance. Mais pour toi, elles résonneront pleines de signification spirituelle et de vérité :
«Car la parole de la croix est pour ceux qui périssent ; mais pour nous, ceux qui nous sauvent est le pouvoir de Dieu. Car il est écrit que tu perdras la sagesse des sages et que je détruirai la connaissance des savants. Où est le sage ? Où est le scribe ? Où est le chercheur de cet âge ? Dieu n’a-t-il pas prouvé que la sagesse de ce monde était folle ?» (I Corinthiens 1,18-20).
Où sont-ils tous, mon ami ? Il n’y a plus personne. Toi, seul, tu es resté ici vivant et entier dans l’Église de Christ; toi, peuple saint, peuple de Dieu; toi, fondement sur lequel est bâtie l’âme orthodoxe du peuple Roumaine; toi, son seul salut et son seul appui à travers ce siècle.

Sur le même thème

Pas de commentaire

Laisser un message