La foi vivante de l’église orthodoxe, Orthodoxie, Prière, Seraphim Rose, Vivre la foi ...

Vivre la foi orthodoxe dans le monde contemporain – V

23 décembre 2019

La vision du monde orthodoxe

Père Seraphim Rose, The Orthodox Word, vol. 18, no. 4 (#105), Juillet-Août 1982, pg. 160-176.

traduction: hesychia.eu

Avec une telle attitude — une vision à la fois des bonnes choses et des mauvaises choses du monde — il est possible pour nous d’avoir et de vivre une vision orthodoxe du monde, c’est-à-dire une vision orthodoxe de la vie entière, et pas seulement sur des sujets religieux étroits.

La mise au tombeau, Les quatre Évangiles, 1437

La mise au tombeau, Les quatre Évangiles, 1437

Il existe une fausse opinion, malheureusement trop répandue aujourd’hui, selon laquelle il suffit d’avoir une orthodoxie limitée au bâtiment de l’église et à des activités orthodoxes officielles, telles que prier à certains moments ou faire le signe de la Croix; dans tout le reste, dit-on, on peut être comme tout le monde, participer à la vie et à la culture de notre temps sans aucun problème, tant que nous ne commettons pas de péchés.
Tous ceux qui ont compris la profondeur de l’orthodoxie et à quel point l’engagement requis de la part du chrétien orthodoxe sérieux est exigeant, de même que les demandes totalitaires que le monde contemporain nous impose, verront facilement à quel point cette opinion est fausse. On est orthodoxe tout le temps, tous les jours, dans toutes les situations de la vie, ou on n’est pas vraiment orthodoxe du tout. Notre orthodoxie se révèle non seulement dans nos vues strictement religieuses, mais dans tout ce que nous faisons et disons. La plupart d’entre nous sont très inconscients de notre responsabilité religieuse et chrétienne vis-à-vis de la partie apparemment laïque de nos vies. La personne avec une vision du monde véritablement orthodoxe vit chaque partie de sa vie en tant qu’orthodoxe.


Demandons-nous donc ici: comment pouvons-nous nourrir et soutenir cette vision du monde orthodoxe dans notre vie quotidienne ?
La première et la plus évidente réponse consiste à rester en contact permanent avec les sources de nourriture chrétienne, avec tout ce que l’Église nous donne pour notre illumination et notre salut: les services de l’Église et les Saints Mystères, la Sainte Écriture, les Vies des Saints, les écrits des Saints-Pères. Bien sûr, il faut lire des livres qui sont au niveau de compréhension de chacun et appliquer les enseignements de l’Église à sa propre situation; alors ils peuvent être féconds pour nous guider et nous transformer de manière chrétienne.
Mais souvent, ces sources chrétiennes de base n’ont pas leur plein effet sur nous, ou ne nous affectent pas du tout, car nous n’avons pas la bonne attitude chrétienne à leur égard et à la vie chrétienne qu’elles sont censées inspirer. Permettez-moi maintenant de dire un mot sur ce que devrait être notre attitude si nous voulons en tirer un réel bénéfice et si elles vont constituer pour nous le début d’une attitude véritablement orthodoxe.

Tout d’abord, la nourriture spirituelle chrétienne, de par sa nature même, est quelque chose de vivant et de nourrissant; si notre attitude à son égard est purement académique et livresque, nous ne pourrons pas obtenir le bénéfice qu’elle est censée donner. Par conséquent, si nous lisons des livres orthodoxes ou si nous ne sommes intéressés par l’Orthodoxie que pour obtenir des informations – ou pour montrer notre savoir à d’autres personnes, nous manquons le sens ; si nous apprenons les commandements de Dieu et la loi de son Église simplement pour être corrects et pour juger le caractère incorrect des autres, nous manquons le dessein. Ces choses ne doivent pas seulement affecter nos idées, mais doivent toucher directement nos vies et les changer. En toute période de grande crise dans les affaires humaines — comme les moments critiques que nous vivons présentement dans le monde libre —, ceux qui font confiance à la connaissance extérieure, aux lois, aux canons et à la bienséance, seront incapables de résister. Les plus forts seront alors ceux dont l’éducation orthodoxe leur aura donné une idée de ce qui est vraiment chrétien, ceux dont l’orthodoxie se trouve dans le cœur et est capable de toucher d’autres cœurs.

Rien n’est plus tragique que de voir un homme élevé dans l’orthodoxie, qui a une certaine idée du catéchisme, qui a lu certaines vies de saints, qui a une idée générale de ce que représente l’orthodoxie, qui comprend certains des offices et qui n’a pas conscience de ce qui se passe autour de lui. Et il donne cette vie à ses enfants en deux catégories: la première est la façon dont la plupart des gens vivent et la deuxième la manière dont les orthodoxes vivent le dimanche et lorsqu’ils lisent un texte orthodoxe. Quand un enfant est élevé de cette façon, il ne va probablement pas choisir la voie orthodoxe; ça va être une très petite partie de sa vie, parce que la vie contemporaine est trop attrayante, trop de gens la désirent, c’est une partie trop importante de la réalité d’aujourd’hui, à moins qu’on lui ait vraiment appris comment l’aborder, comment se prémunir contre ses effets pervers et comment tirer parti des bonnes choses qui existent dans le monde.

Par conséquent, notre attitude, à partir de maintenant, doit être terre-à-terre et nominale. C’est-à-dire qu’il doit être appliqué aux circonstances réelles de notre vie et non à un produit fantasmagorique, d’évasion et de refus de faire face aux faits souvent déplaisants du monde qui nous entoure. Une orthodoxie qui est trop élevée et trop dans les nuages appartient à une serre et est incapable de nous aider dans notre vie quotidienne, encore moins de dire quoi que ce soit pour le salut de ceux qui nous entourent. Notre monde est assez cruel et blesse les âmes avec sa dureté ; nous devons tout d’abord réagir avec un amour et une compréhension chrétiens terre-à-terre, en laissant les récits de la prière hésychaste et les formes de prière avancées à ceux qui sont capables de les recevoir.

De même, notre attitude ne doit pas être centrée sur nous-mêmes, mais tournée vers ceux qui cherchent Dieu et une vie pieuse. De nos jours, partout où il y a une communauté orthodoxe suffisamment importante, la tentation est d’en faire une société d’autofélicitation et de se régaler de nos vertus et de nos réalisations orthodoxes: la beauté de nos bâtiments et du mobilier, la splendeur de nos services, même la pureté de notre doctrine. Mais la vraie vie chrétienne, même depuis le temps des apôtres, a toujours été inséparable de sa transmission aux autres. Une orthodoxie qui vit, par ce fait même, rayonne vers les autres – et il n’est pas nécessaire d’ouvrir un bureau des missions pour le faire; le feu du vrai christianisme se communique sans cela. Si notre orthodoxie n’est que quelque chose que nous gardons pour nous et nous en vantons, alors nous sommes les morts enterrant les morts — ce qui est réellement le cas de beaucoup de nos paroisses orthodoxes aujourd’hui, même celles qui ont un grand nombre de jeunes, s’ils n’entrent pas profondément dans leur foi. Il ne suffit pas de dire que les jeunes vont à l’église. Nous devons nous demander ce qu’ils obtiennent de l’église, ce qu’ils retirent de l’église et, s’ils ne font pas de l’orthodoxie une partie de leur vie, il ne suffit pas de dire qu’ils vont à l’église.
De même, notre attitude doit être aimante et clémente. Il y a une sorte de dureté qui s’est infiltrée dans la vie orthodoxe aujourd’hui : «Cet homme est un hérétique; ne t’approche pas de lui» ; «Celui-ci est orthodoxe, soi-disant, mais vous ne pouvez pas vraiment en être sûr.» «Celui-là est évidemment un espion.» Personne ne niera que l’Église est entourée d’ennemis aujourd’hui, ou qu’il y en a qui s’obstinent à tirer profit de notre confiance et de notre bonne volonté. Mais il en est ainsi depuis le temps des apôtres et la vie chrétienne a toujours été une sorte de risque dans ce sens pratique. Mais même si nous sommes parfois exploités et devons faire preuve de prudence à cet égard, nous ne pouvons cependant pas abandonner notre attitude fondamentale d’amour et de confiance sans laquelle nous perdrions l’un des fondements mêmes de notre vie chrétienne. Le monde, qui n’a pas de Christ, doit être méfiant et froid, mais les chrétiens, au contraire, doivent être aimants et ouverts, sinon nous perdrons le sel du Christ en nous et deviendrons comme le monde, bons à rien à part être chassés et foulés aux pieds.

Un peu d’humilité à nous regarder nous aiderait à être plus généreux et à pardonner davantage les fautes des autres. Nous aimons juger les autres pour l’étrangeté de leur comportement ; nous les appelons coucous ou convertis fous. Il est vrai que nous devons nous méfier des personnes vraiment déséquilibrées qui peuvent nous faire beaucoup de mal dans l’Église. Mais quel chrétien orthodoxe sérieux aujourd’hui n’est pas un peu fou ? Nous ne cadrons pas avec les manières de ce monde; si nous le faisons, dans le monde d’aujourd’hui, nous ne sommes pas des chrétiens sérieux. Le vrai chrétien aujourd’hui ne peut pas être chez lui dans le monde; il ne peut s’empêcher de se sentir et d’être considéré par les autres comme un peu fou. Maintenir en vie aujourd’hui l’idéal du christianisme d’un autre monde, ou se faire baptiser à l’âge adulte, ou prier sérieusement est suffisant pour vous placer dans une maison pour fous en Union soviétique et dans de nombreux autres pays, et ces pays sont en tête de la voie à suivre pour le reste du monde.
Par conséquent, n’ayons pas peur d’être considérés comme un peu fous par le monde, et continuons à pratiquer l’amour et le pardon chrétiens que le monde ne peut jamais comprendre, mais dont il a besoin et même a soif en son cœur.
Enfin, notre attitude chrétienne doit être innocente (expression que j’utilise faute d’en trouver une plus appropriée). Aujourd’hui, le monde attache une grande importance à la sophistication, au sens du monde, à une attitude professionnelle . L’orthodoxie n’accorde aucune valeur à ces qualités; elles tuent l’âme chrétienne. Et pourtant, ces qualités s’insinuent constamment dans l’Église et dans nos vies. Combien de fois on entend, particulièrement les convertis enthousiastes, exprimer leur désir d’aller dans les grands centres orthodoxes, les cathédrales et les monastères où se rassemblent parfois des milliers de fidèles et où partout on parle de sujets d’église, et on peut sentir combien l’Orthodoxie est importante, après tout ! L’orthodoxie est une petite goutte dans l’océan quand on regarde la société dans sa globalité, mais dans ces grandes cathédrales et monastères, il y a tellement de gens qu’il semble qu’elle est vraiment une chose importante. Et combien de fois on voit ces mêmes personnes dans un état pitoyable après avoir exaucé leur désir, en revenant des grands centres orthodoxes aigres et insatisfaits, pleins de ragots et de critiques mondains, soucieux avant tout d’être corrects et mondain au sujet de la politique de l’église. En un mot, ils ont perdu leur innocence, leur dimension hors-du-monde, par leur fascination pour le côté mondain de la vie de l’Église.
Sous différentes formes, il s’agit d’une tentation pour nous tous, et nous devons la combattre en ne nous permettant pas de surévaluer les éléments extérieurs de l’Église, mais en revenant toujours à la seule chose qui est nécessaire: le Christ et le salut de notre âme de cet âge inique. Nous n’avons pas besoin d’ignorer ce qui se passe dans le monde et dans l’Église — en fait, nous devons le savoir nous-mêmes — mais notre connaissance doit être pratique et simple et résolue, non pas sophistiquée et mondaine.

Sur le même thème

Pas de commentaire

Laisser un message