Arsenie Boca, La voie du Royaume, Orthodoxie

Un compagnon invisible

21 janvier 2019

Le père Arsenie Boca

La voie du Royaume

Devant l’esprit des gens s’ouvrent deux voies: une qui est large, semée de tentations, et qui est empruntée par une grande foule[1]. Et une autre raide et étroite, que peu de gens choisissent[2]. La grande voie est celle de la mort, et deux sortes de voyageurs courent allègrement dessus: Lucifer et son troupeau d’anges, jetés sur la terre, ensemble avec tous ceux qu’il a corrompu[3]. Il les trompe et les pique avec l’aiguille plaisante du péché, afin d’endormir leur âme pour un temps, ou pour toute la durée de leur vie terrestre. Ceux-là sont morts pour Dieu, malgré le fait qu’ils croient être en vie[4], mais ils ne sont que chair[5]. Ils sont tous, assez longtemps qu’ils vivent, mais sont morts, sans connaître Dieu, compagnons de voyage des anges déchus, sur la route de leur perdition, vers l’enfer[6]. C’est ainsi qu’ont voyagé tous les descendants d’Adam, des milliers d’années durant.

Mais Dieu, le tout Miséricordieux, par son grand amour pour les hommes, il a tout fait de Sa part pour les détourner de la voie de leur perte vers un nouveau chemin, la voie du salut. Pour cette raison le Fils, le second visage de Dieu, S’est fait Homme parfait – sans péché – et nous a montré le Chemin. Ainsi, la voie du salut est le chemin même sur lequel a marché Dieu Lui-Même, en tant que vrai homme, devenant notre exemple en tout[7] et nous donnant courage. Sur la voie du salut, encore, marchent deux sortent de voyageurs, car depuis ce temps-là, un Compagnon invisible et bon marche avec nous, avec chacun, tous les jours, jusqu’à la fin des temps[8]: Dieu Lui-Même et Ses saints, accompagnant de manière invisible les hommes.



[1] Large est la porte et spacieux le chemin qui mène à la perdition, et nombreux ceux qui s’y engagent.         Matthieu 7,13

[2] Combien étroite est la porte et resserré le chemin qui mène à la vie, et peu nombreux ceux qui le trouvent.   Matthieu 7,14

[3] Il fut précipité, le grand dragon, l’antique serpent, celui qu’on nomme Diable et Satan, le séducteur du monde entier, il fut précipité sur la terre et ses anges avec lui. Et j’entendis une voix forte qui, dans le ciel, disait : Voici le temps du salut, de la puissance et du Règne de notre Dieu, et de l’autorité de son Christ; car il a été précipité, l’accusateur de nos frères, celui qui les accusait devant notre Dieu, jour et nuit. Mais eux, ils l’ont vaincu par le sang de l’agneau et par la parole dont ils ont rendu témoignage : Ils n’ont pas aimée leur vie jusqu’à craindre la mort. C’est pourquoi soyez dans la joie, vous les cieux et vous qui y avez votre demeure ! Malheur à vous, la terre et la mer, car le diable est descendu vers vous, emporté de fureur, sachant que peu de temps lui reste. Quand le dragon se vit précipité sur la terre, il se lança à la poursuite de la femme qui avait mis au monde l’enfant mâle.             Apocalypse 12, 9-13

[4] Je sais tes œuvres : tu as renom de vivre, mais tu es mort !       Apocalypse 3,1

[5] Le SEIGNEUR DIT : «Mon Esprit ne dirigera pas toujours l’homme, étant donné ses erreurs : il n’est que chair et ses jours seront de cent vingt ans»             Genèse 6,3

[6] Ils consument leurs jours dans le bonheur, en un instant ils s’effondrent aux enfers         Job 21,13

[7] Car c’est un exemple que je vous ai donné : ce que j’ai fait pour vous, faites-le vous aussi             Jean 13,15

[8] Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin des temps             Matthieu 28,20

 

La guérison de l’aveugle à Jéricho – les Évangiles de Gladzor

Sur le même thème

Pas de commentaire

Laisser un message