Communisme, La foi vivante de l’église orthodoxe, Mission, Orthodoxie, Russie, Sysoev, Vivre la foi ...

Père Daniel Sysoev / Conversations serbes – première partie

29 septembre 2020

Introduction aux conversations

Père Daniel Sysoyev et Yuri Maximov

Environ une semaine avant la tragédie qui a eu lieu dans l’Église de l’Apôtre Thomas, le père Daniel et moi avons voyagé en Serbie. C’était son premier voyage dans ce pays orthodoxe et il était assez impressionné et fasciné. Je me souviens à quel point il était heureux lorsque nous, à peine débarqués, avons visité le monastère de Krushedol, où reposent les reliques de sainte Angéline, la sainte-patronne de sa plus jeune fille.

Fragments de fresques murales de l’église des Trois Hiérarques à Iasi, Roumanie

Je me souviens comment il a insisté pour que nous visitions Sremski Karlovci, une belle petite ville européenne qui, semble-t-il, n’a guère changé au cours des cent dernières années. Je me souviens comment, la nuit, nous nous sommes promenés autour de Kalemegdan, la forteresse de Belgrade, et, sous une pluie torrentielle, sommes descendus à l’église, laissant derrière nous les tours et les remparts qui brillaient dans le ciel sombre.

Au cours de ce voyage, le P. Daniel et moi-même avons donné deux interviews. La première a été l’invitation de Mme Jana Todorovic pour l’émission « Église » du 11 novembre 2009, sur Radio Belgrade 2. Nous avons été interviewés par Dushanka Zekovich. Ensuite, elle a donné au P. Daniel un disque avec l’enregistrement de l’interview. Le Père Daniel me l’a offert en me disant : « Si tu le veux, prends-le. J’avais l’habitude de garder de telles choses, mais je me suis arrêté. »

J’ai pris le disque et quand je suis rentré chez moi, je l’ai rangé avec mes autres cadeaux de Serbie. Et une semaine plus tard, des coups de feu ont été entendus dans l’église de l’apôtre Thomas et le P. Daniel n’était plus parmi nous : il a accepté une mort martyrique pour le Christ et est allé dans cette patrie céleste vers laquelle il s’est efforcé toute sa vie.

Après l’enterrement de mon cher ami spirituel, que je connaissais depuis plus de dix ans, j’ai trouvé ce disque et j’ai tapé notre interview, qui est l’une de ses dernières, donnée huit jours avant son meurtre. Et j’ai moi-même été surpris de voir à quel point cela se rapporte à ce qui s’est passé. L’interview portait sur deux thèmes principaux : les missions orthodoxes et la mort d’un chrétien. Il est frappant de voir comment le p. Daniel en a parlé avec joie et confiance comme s’il en parlait déjà de l’autre monde, en témoin oculaire.

Nous avons donné la deuxième interview le même jour, dans la soirée, à Stanoje Stankovich de Svetosavlje.org. Nous avons été interviewés dans une pièce de la maison paroissiale de la majestueuse église Saint-Savva, où nous avions été gracieusement invités à séjourner, avec la bénédiction de Mgr Atanasije de Hvostanski.

Ce que le P. Daniel a dit que dans l’interview pourrait probablement être appelé une sorte de sommation. Il a présenté l’ensemble de missions et de catéchisme qui s’est développé à partir de sa vaste expérience pratique et a familiarisé les lecteurs serbes avec la condition moderne des missions orthodoxes, formée sur la base de l’interaction avec d’autres missionnaires de notre Église. Il a également donné des conseils spirituels aux missionnaires, analysé les erreurs et les problèmes, parlé du fondement biblique des missions et répondu aux opposants aux missions. En outre, il y avait, naturellement, un regard sur d’autres défis contemporains auxquels l’Église orthodoxe est confrontée.

Et, bien sûr, comme dans l’autre interview donnée le même jour, comme une prémonition, on parlait de la mort, qui « n’est pas par-dessus les montagnes mais par-dessus l’épaule », et à laquelle il faut toujours se préparer.

Pour laquelle il était pleinement préparé.

 


 

« Et les anges nous portent sur leurs ailes vers le ciel… »

 

Dusanka Zekovic : Aujourd’hui, nos invités sont le père Daniel Sysoyev, écrivain, missionnaire et doyen de l’Église de l’apôtre Thomas à Moscou, et Yuri Maximov, professeur à l’Académie théologique de Moscou, située au monastère de Saint-Serge de Radonezh. La première question s’adresse à M. Maximov : Quelle est la situation actuelle du dialogue interreligieux dans l’espace de la Grande Russie, en particulier entre le christianisme orthodoxe et l’islam ?

Yuri Maximov : En Russie, les musulmans représentent 9 % de la population et appartiennent à des groupes très différents. Historiquement et de nos jours, les relations entre eux et les orthodoxes ont étés à la fois bonnes et mauvaises. Vous savez que ces dernières années, il y a eu deux conflits majeurs dans les Caucases : la première et la deuxième guerre tchétchène. Au début, la situation était très similaire à celle du Kosovo et il n’est pas nécessaire d’expliquer en détail aux Serbes ce que cela signifie et quelles souffrances cela entraîne. Et bien que nous ayons gagné la deuxième guerre de Tchétchénie et que la Tchétchénie soit restée une partie de la Russie, les relations entre orthodoxes et musulmans peuvent devenir parfois tendues. Bien sûr, il existe différents types de musulmans et ici, à mon avis, il y a une sorte de règle : si un musulman n’est pas très éduqué dans sa foi, alors il est plus probablement une bonne personne, mais si un musulman se rapporte sérieusement aux sources de sa foi et étudie ses instructions et essaie de les mettre en pratique, alors c’est souvent de telles personnes qui sont à l’origine des extrémismes. C’est une question et un défi : comment vivre avec de telles personnes ? Et comment l’Église peut-elle répondre à ce défi ? Le Seigneur a fait en sorte qu’ils vivent dans ces pays et que nous vivions avec eux. Il est impossible de les déplacer. Le Seigneur nous ouvre une autre voie : leur prêcher l’Évangile et en faire des chrétiens orthodoxes. Par exemple, le père Daniel Sysoyev, qui est ici avec nous, a à un moment donné converti une femme à l’orthodoxie qui se préparait à devenir un kamikaze. Mais elle s’est fait baptiser et est devenue une bonne chrétienne, qui ne ressent de colère envers personne et ne compte faire exploser personne. Le Seigneur accomplit un miracle si étonnant : c’est une voie grâce à laquelle nos ennemis peuvent devenir nos frères. Nous essayons de prêcher aux musulmans et beaucoup d’entre eux répondent et deviennent orthodoxes.

Dusanka Zekovic : La prochaine question s’adresse au père Daniel. Quand nous, en Serbie, parlons de la Russie, nous en parlons avant la perestroïka et après la perestroïka. Dites-nous, s’il vous plaît, quelle est actuellement, après ces changements, la réalité spirituelle en Russie ?

Père Daniel : Je pense qu’actuellement en Russie a lieu une stratification de la société. Certaines personnes choisissent l’orthodoxie tandis que d’autres, connaissant l’orthodoxie, rejettent la foi et rejettent le Christ. C’est le type de division qui a lieu, comme il n’y en avait pas avant, à l’époque de la perestroïka. L’un des principaux changements positifs dans la vie de l’Église est qu’elle a commencé à s’impliquer activement dans l’activité missionnaire.

Dusanka Zekovic: Qu’implique l’activité missionnaire ? Ici, en Serbie, des gens d’autres religions disent que l’Église orthodoxe est statique, qu’elle n’est pas suffisamment missionnaire et qu’elle participe trop peu aux problèmes sociaux des gens.

Père Daniel : Quand nous parlons du fait que l’Église doit être missionnaire, nous nous rappelons que le Sauveur lui-même, le Seigneur Jésus-Christ, a commandé à tous les chrétiens de prêcher l’Évangile à tous sans exception. Et, par conséquent, l’Église est obligée de transmettre la Parole de Dieu à tous les peuples. L’Église doit être active et non statique, et ce qui se passe dans l’Église russe est la preuve qu’elle retourne à ses racines apostoliques. Des centaines de prêtres et de laïcs de notre Église prêchent dans les rues, vont aux réunions des sectaires, vont dans les mosquées et beaucoup se tournent ensuite vers le Christ. Je pense que toutes les Églises orthodoxes doivent aller proclamer l’Évangile aux gens. Nous ne devons pas nous contenter de ce que nous avons déjà. Le Christ a de très nombreuses brebis que nous n’avons toujours pas trouvées. En ce moment, dans ma paroisse, une famille de musulmans du Caucase est en train d’étudier la foi orthodoxe car ils veulent se faire baptiser, et ils m’ont dit : « Pourquoi vous, prêtres orthodoxes, n’êtes-vous pas venus vers nos ancêtres ? Pourquoi ne connaissaient-ils pas cette vérité ? Pourquoi n’en avons-nous jamais entendu parler au Daghestan ? »

Il nous semble souvent que nous ne pouvons rien faire, mais ce n’est pas ainsi. L’Église orthodoxe peut et fait beaucoup pour les conversions. Certains disent que le Seigneur lui-même conduit les gens dans l’Église orthodoxe. Oui, le Seigneur lui-même conduit les gens mais à travers nous, et si nous conduisons une personne au baptême, nous couvrons une multitude de péchés comme l’a dit l’apôtre Jacques. Nous recevons une récompense énorme dans le Royaume céleste si nous guidons les gens vers le repentir. De plus, lorsque l’Église prêche l’Évangile à ceux qui sont en dehors, même à ceux des autres nations, alors l’Église elle-même est rajeunie, fortifiée et s’épanouit parce que le Saint-Esprit lui donne alors la force pour accomplir des missions également parmi son propre peuple.

Certains disent : « Convertissez d’abord votre propre peuple, puis allez vers les autres », mais le Seigneur n’a pas dit cela. Si nous avons un voisin qui est musulman, catholique ou protestant, pourquoi ne sont-ils toujours pas orthodoxes ? Car nous savons qu’en dehors de l’Église, il n’y a pas de salut et que ces personnes, si elles n’entrent pas dans l’Église orthodoxe, périront à jamais, elles iront dans le feu éternel. Nous avons eu un problème avec la Tchétchénie et certains demandent : « Comment pouvons-nous prêcher aux Tchétchènes ? » Mais je dis qu’un Tchétchène qui trouve le Christ devient un meilleur chrétien qu’une personne normale d’une famille orthodoxe traditionnelle. J’avais une connaissance qui était un wahhabite tchétchène et il est venu me voir pour me convertir à l’islam. Nous avons décidé d’examiner où est la vérité. Pendant deux mois, je lui ai parlé du christianisme, puis il m’a demandé : « Et pourquoi ne m’as-tu pas proposé de me baptiser ? » J’ai dit : « Si vous croyez, vous pouvez être baptisé », et il a été baptisé. Son nom est maintenant Alexander.

Dusanka Zekovic: Quelle est la solution de l’Église aux problèmes sociaux en Russie, qui, je pense, sont semblables à ceux de Serbie ? Car nous savons que beaucoup sont devenus très riches, injustement riches et, d’autre part, il y a beaucoup de pauvres. Une personne n’est pas seulement une âme mais aussi un corps, alors comment aider les pauvres ? Est-ce une activité missionnaire de se tourner vers un riche et de le convaincre d’aider les pauvres ?

Père Daniel : Bien sûr, chaque prêtre entre en contact avec des personnes très riches et des personnes très pauvres. Et, vraiment, les missions de l’Église incluent aussi l’aide sociale. À Moscou, il y a un hôpital que l’Église entretient avec l’aide, entre autres, de riches. Il existe plusieurs dizaines d’orphelinats orthodoxes en Russie. L’Église s’occupe des hôpitaux ; chaque hôpital de Moscou a des volontaires orthodoxes. Et à bien des égards, grâce à un prêtre de Moscou, le père Arkady Shatov, des hommes très riches aident les pauvres. Il existe un système complet pour une telle aide. De plus, toutes les maisons de retraite sont prises en charge par l’Église. Beaucoup de nos bénévoles visitent les pauvres. Et, bien sûr, l’Église s’oppose aux injustices qui ont lieu dans la société. Le patriarche Alexey et le patriarche Kirill ont demandé à plusieurs reprises aux riches de soutenir les pauvres, et leur demande a été entendue. En conséquence, grâce à l’Église, beaucoup de personnes reçoivent l’aide nécessaire à la vie matérielle.

Dusanka Zekovic: Devant moi se trouve un livre du P. Daniel Sysoyev, Instructions pour les Immortels, ou Que faire si vous êtes quand même mort ? Dites-nous, père, quelles sont ces instructions ?

Père Daniel : L’Église orthodoxe sait non seulement que l’âme de l’homme est immortelle, mais aussi comment la mort se produit, comment se préparer correctement à la mort et ce qui se passe après la mort. Je pense qu’il est préférable de commencer par se préparer à la mort. Nous savons tous que nous mourrons, peut-être demain. Et il est important d’avoir un endroit où aller, que nous ayons une maison au-delà de la tombe. Cette maison, nous la construisons avec nos bonnes actions. Avec nos gestes charitables nous transférons des trésors dans cette maison. Par l’amitié que nous offrons aux gens, par la communion de prière et, plus encore, lorsque nous les tournons vers l’orthodoxie, alors nous avons des gens qui seront nos défenseurs sur cette voie. Bien sûr, nous devons accomplir chaque acte au nom du Christ, sinon cela n’aura aucune valeur. Mais, en même temps, nous devons nous efforcer pour que nos proches nous aident lorsque nous mourons. Il est particulièrement important que nos proches invitent un prêtre à nous rendre visite avant notre mort. Il arrive souvent que quelqu’un soit mourant et que ses proches n’invitent même pas un prêtre à le confesser et à lui donner la communion, et les gens partent pour l’éternité sans préparation. Par conséquent, je conseille à tous d’inclure la clause suivante dans leur testament : « Si les héritiers n’ont pas invité un prêtre à me rendre visite avant la mort, ils ne reçoivent aucun héritage. »

Quand une personne meurt, elle est accueillie par les anges. Les anges de Dieu aident une personne tandis que les démons l’attaquent et l’intimident. Il y a deux semaines, j’étais avec une personne en train de mourir et j’ai vu comment les démons l’attaquaient. Ce n’est pas une blague, c’est vraiment le cas. Seules la foi orthodoxe, le pouvoir de la croix et, surtout, la sainte communion peuvent protéger une telle personne. Par conséquent, si après la mort des démons vous attaquent, signez-vous et dites « Seigneur Jésus, à l’aide ! » et appelez tout particulièrement la Très Sainte Mère de Dieu. Elle protège efficacement des démons. Et puis, après la mort, montez au ciel, sans vous soucier de la terre, et courez vite vers Dieu, car alors les démons ne peuvent pas vous attaquer. Les démons retiennent aux postes de péage ceux qui sont attachés à la terre, ceux qui pensent trop aux choses terrestres. Si une personne a lutté pour Dieu toute sa vie, elle ne remarquera même pas leur attaque. Mais rappelez-vous que les démons vous tromperont par le péché de vanité. A Macaire le Grand, quand il se levait, les démons ont dit : « Vous nous avez vaincus ! vous nous avez conquis ! » Mais il a répondu : « Pas encore tout à fait », et ce n’est qu’après avoir franchi les portes du paradis qu’il a dit : « Maintenant, je vous ai vaincus avec la puissance de Jésus-Christ. » De la même manière, nous devons nous préparer tôt et être disposés à ne pas nous vanter et être capturés en chemin. Quand vous entrez au paradis, et je veux que tous nos auditeurs finissent au paradis, allez directement vers vos saints bien-aimés. Pour cela, alors que vous êtes toujours sur la terre, faites-vous des amis parmi les saints : Saint Sava, Sainte Paraskeva, Saint Nicolas, et, ainsi, ils peuvent même vous approcher après la mort. Et puis, lorsque vous vous prosternez devant Dieu, Il vous envoie regarder l’enfer, parce que souvent nous pensons que le péché est doux et agréable, mais le Seigneur dit : « Regardez comment cela finit. » Par conséquent, l’Église prie avec ferveur pour les gens pendant les 40 jours qui suivent leur mort, car c’est à ce moment-là l’épreuve finale pour l’âme. Les proches peuvent aider pendant ce temps avec l’aumône et la lecture du psautier — je pense que tous nos auditeurs le savent, mais le répéter n’est jamais superflu. Certains de nos proches agissent de manière incorrecte : ils dépensent trop d’argent pour les fêtes funéraires alors qu’il serait préférable de donner cet argent aux pauvres qui prieraient alors pour les reposés. Ceux que nous avons amenés à l’Orthodoxie prieront, bien entendu, spécialement pour nous. Par exemple, ces anciens musulmans, catholiques romains et protestants qui sont devenus orthodoxes grâce à nous. Et les anges nous porteront au ciel sur leurs ailes. N’oubliez pas que la vie est une école et que le paradis est une université. Et la vraie vie commence après le jugement final. Par conséquent, j’espère que nous nous préparerons bien pour pouvoir vivre éternellement dans la joie.

Dusanka Zekovic: Et comment gagner le paradis ?
Père Daniel : Jésus-Christ a gagné le paradis pour nous. Sans la mort sur la croix du Sauveur, nous finirions tous en enfer. Et ainsi, tous ceux qui ne sont pas actuellement baptisés finiront en enfer parce qu’ils n’ont pas reçu l’aide de la Croix du Seigneur. Nous recevons le salut comme un don par le baptême, mais nous l’assimilons pour nous-mêmes, c’est-à-dire que nous nous l’approprions par de bonnes actions. Et nous recevons la force pour les bonnes actions à travers l’Eucharistie, à laquelle nous devons participer aussi souvent que nous le pouvons — pas plus d’une fois par jour, mais pas moins qu’une fois par mois.

Dusanka Zekovic: Merci pour ces instructions concernant l’immortalité ; et maintenant je voudrais interroger M. Maximov sur la signification et la nécessité de l’activité missionnaire dans le monde moderne.

Yuri Maximov: Je voudrais commencer par une courte histoire de la vie antique du Saint Apôtre Thomas. Il est écrit que lorsque les apôtres ont choisi les pays vers lesquels ils devraient aller, l’apôtre Thomas a choisi l’Inde et très bouleversé, il a dit : « Seigneur, n’importe où ailleurs, mais pas en Inde ». Il ne voulait pas du tout aller dans un pays si lointain et inconnu pour prêcher la Parole de Dieu. Le Seigneur Jésus-Christ est alors apparu au capitaine d’un bateau qui allait en Inde et a dit : « Je vous vends mon serviteur dont le nom est Thomas ». Le capitaine a trouvé l’apôtre et a demandé : « Êtes-vous un serviteur de Jésus-Christ ? » « Oui », répondit l’apôtre. Et puis le capitaine a dit : « Ton maître t’a vendu à moi, alors suis-moi. » Il dut donc le suivre et, en tant que serviteur du capitaine, partir pour l’Inde. De cette manière, après s’être retrouvé en Inde contre sa volonté, l’apôtre a commencé à prêcher, est tombé amoureux du peuple et a tourné de nombreuses âmes vers le Christ. Cette histoire a quelque chose en commun avec la nouvelle histoire de l’Église orthodoxe. Au cours des mille premières années, il a eu de nombreuses missions, mais au cours des cent dernières années, les chrétiens orthodoxes ont prêché très peu ou presque pas du tout. Au XIXe siècle, il y avait même des théologiens qui écrivaient que les orthodoxes ne devaient prêcher à personne. Et regardez ce que le Seigneur a fait au XXe siècle : pour absolument chaque Église orthodoxe, Il a créé de telles conditions que nous avons été forcés d’aller dans d’autres pays. Les Russes, les Serbes, les Roumains, les Bulgares, les Grecs, les Géorgiens et les Arabes orthodoxes ont tous été contraints, à la suite d’un malheur ou d’un trouble dans leur patrie, de s’éparpiller sur la planète. De cette manière, le Seigneur a agi avec nous comme il l’a fait avec l’apôtre Thomas.

Vous avez probablement entendu comment à notre époque des prêtres serbes en Afrique du Sud ont prêché à la population locale. Là, la situation était telle que les Blancs vivaient séparés des Noirs et même les Blancs orthodoxes avaient peur de se rendre dans les régions des Noirs. Mais les prêtres serbes n’ont pas eu peur et sont allés dans une école où des enfants noirs étudiaient, leur ont parlé de l’orthodoxie, et après un an et demi, toute l’école est devenue orthodoxe. Officiellement, le directeur a pris une telle décision, soutenu par les enfants et leurs parents. C’est un excellent travail qui montre que les missions sont possibles.

Il est bien connu que de nombreuses personnes souffrent actuellement de dépression, de lassitude et de désillusion face à la vie et à son absurdité. Cela résulte du fait que nous n’accomplissons pas les commandements de Dieu. Par conséquent, la puissance et la joie de Dieu n’entrent pas en nous. Mais lorsque nous commençons à mettre en œuvre les commandements de Dieu, dont l’un est de prêcher l’Évangile, une joie et une inspiration spirituelles énormes nous parviennent. Chacun peut vérifier cela avec sa propre expérience. Si vous ne prêchez pas pour vous-même, pas pour votre propre vanité, mais pour le bien du Seigneur Jésus-Christ, alors vous recevrez une telle joie.

Dusanka Zekovic: Avec ce merveilleux appel, nous concluons notre conversation avec nos chers invités, dont le premier est l’écrivain et missionnaire P. Daniel Sysoyev, et le second est Yuri Maximov, professeur à l’Académie théologique de Moscou.

Version électronique disponible en ligne [anglais]
Traduction : hesychia.eu

 


 

 


Sur le même thème

Pas de commentaire

Laisser un message

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :