Histoire, Orthodoxie

Une histoire de l’église pour les chrétiens orthodoxes – III

23 décembre 2019

Auteur: Père hiéromoine Aidan (Keller)

Les éditions St. Hilarion Press, 2002

traduction: hesychia.eu
L’âge des martyrs

La période juste après le départ pour la demeure du Père des douze apôtres est souvent appelée l’âge des martyrs. Alors que les nouvelles de la Foi se propageaient comme une traînée de poudre, la réaction immédiate de Satan fut d’inspirer un anéantissement sanglant et total du christianisme. Il est étonnant de voir comment, malgré tous les obstacles, les chrétiens ont persisté à se réunir le jour du Seigneur. Souvent, ils se rencontraient dans une maison différente chaque semaine, car leur découverte signifiait une mort certaine.
Beaucoup de chrétiens, comme ils refusaient de nier le Christ et d’adorer les dieux païens, même par un petit mot ou un petit signe, ont été tués sommairement ou par de terribles tortures. Mais le Seigneur a utilisé leurs morts joyeuses et leurs souffrances divinement courageuses, ainsi que d’autres miracles prodigieux, pour tourner vers Lui le cœur de nombreuses personnes. Loin de détruire l’Église, la persécution l’a seulement poussé à se raffiner et à se renforcer. Les survivants inscrivaient les noms des martyrs dans des calendriers afin de garder un mémorial annuel de leurs victoires, formant la base de notre calendrier ecclésial moderne avec ses jours de célébration.

Christianisme contrefait

L’épreuve de feu de l’Église était à la fois spirituelle et extérieure. Les hérésies ont germé comme de mauvaises herbes et aucun consensus d’une foi unanime n’a pu être trouvé contre elles. Le mot hérésie vient du grec hairoumai, choisir. Les hérétiques étaient ceux qui choisissaient leurs propres croyances au lieu d’accepter la foi de l’Église telle qu’elle se présentait. Les gnostiques ont essayé de mélanger le christianisme avec un idéal de sagesse secret, pensant que le salut venait par une connaissance secrète et non par la grâce du Christ. Les judaïsants n’ont pas accepté la décision des apôtres que les chrétiens ne respectent pas la loi mosaïque et ont semé la méfiance et la discorde là où les pasteurs étaient trop faibles pour les en empêcher. Les fidèles de Marcion croyaient que le Dieu de l’Ancien Testament n’était pas le même que le Père de Jésus-Christ. Les Manichéens croyaient que la matière physique était mauvaise et que seul l’esprit pur était bon. Les montanistes ont rejeté la hiérarchie de l’Église pour se concentrer sur des phénomènes spirituels spectaculaires et ont prêché un nouvel âge du Saint-Esprit. Les Sabelliens soutenaient que le Père, le Fils et le Saint-Esprit n’étaient que trois «masques» que Dieu portait à des moments différents, alors qu’il faisait des choses différentes. Ils ont nié la réalité de la Sainte Trinité. Depuis cette époque, très peu d’hérésies ont été originales ; la plupart ont été de simples reconstitutions de ces folies obsolètes.
Au milieu de la confusion et de l’amertume suscitées par les mouvements hérétiques, l’Église du Christ ressemblait à un navire jeté à la mer ; pourtant, Christ était son Pilote et les défis de la persécution et de l’hérésie ont tous deux été surmontés. Les persécutions ont pris fin lorsque l’empereur Constantin, un grand ami du christianisme, a vaincu ses ennemis païens, pris le contrôle de l’Empire romain et rendu le Christianisme légal (en l’an 312; il devint la religion d’État seulement en 392).

L’église en bois la Dormition de la Mère de Dieu

L’église en bois la Dormition de la Mère de Dieu, village Groși, département de Timiș

Le premier Concile : Nicée (325 apr. J.-C.)

Ce renversement des choses a été suivi d’une victoire spirituelle sur l’hérésie. L’empereur Constantin a appelé un concile de tous les évêques chrétiens afin de décider officiellement le contenu de la foi chrétienne, puisqu’un prêtre nommé Arius enseignait que le Christ n’était pas Dieu, mais simplement un homme unique, et qu’il gagnait de nombreux adeptes. Le Concile s’est réuni à Nicée et a réfuté sa doctrine en rédigeant un résumé de la Foi véritable que nous connaissons présentement comme la première partie du credo chanté pendant la liturgie. Dans le même temps, les pères de Nicée ont convenu de la manière dont le jour de Pâques serait déterminé ; ont demandé à tous les chrétiens de se tenir debout et non de s’agenouiller lors de la Liturgie du dimanche ; et ont réglé les affaires du clergé. Ces décisions sont respectées encore aujourd’hui par les chrétiens orthodoxes d’Orient et d’Occident.
Juste quelques remarques de circonstance. Premièrement, après Nicée, les chrétiens ariens devinrent plus nombreux que les fidèles, ce qui montre que ce n’est pas la force du nombre qui détermine où se trouve l’Église authentique. Deuxièmement, bien que définir la foi en termes de langage humain soit nécessaire pour sauvegarder la vérité, il a été très douloureux pour les pères de Nicée de le faire. Ils ont senti fortement que la foi du Christ était quelque chose à chérir et à garder dans le cœur de l’homme, et non à en faire une formule. Nous ne pouvons devenir leurs héritiers spirituels que si nous embrassons la Foi par les gestes de nos vies et acceptons en même temps leur credo.

L’ère constantinienne

Après la légalisation de la foi chrétienne par l’empereur Constantin, qui a été clairement définie lors du Concile de Nicée, des changements importants ont balayé l’Église et tous les vents n’étaient pas favorables. Auparavant, le christianisme n’avait généralement pas attiré les hommes ambitieux ; maintenant, ils cherchaient à devenir prêtres et évêques, avec un certain succès. Il y avait un afflux important de convertis, mais moins fervents et sincères qu’auparavant. Des églises publiques ont été construites et ont remplacé les catacombes et les maisons privées en tant que site où les sacrements, ou mystères étaient célébrés. Cette nouvelle liberté a permis le développement et le perfectionnement de la musique liturgique et de l’art liturgique, bases de l’hymnographie et de l’iconographie sacrées qui embellissent et élèvent notre célébration aujourd’hui.
L’époque constantinienne est le nom souvent donné à cette période qui a suivi le règne de Constantin, lorsque les objectifs du christianisme et ceux du pouvoir séculier se chevauchaient largement, lorsque les compétences et les ressources de la société laïque étaient utilisées pour la gloire de Dieu. Cela a profité à l’Église à certains égards. Par exemple, les évêques ne sont pas connus pour leur bonne collaboration et il est possible que, sans une intervention impériale, aucun concile œcuménique n’ait jamais été réuni. Les sept saints conciles qui ont soutenu notre foi ont été convoqués par un empereur ou une impératrice. Au mieux, la politique de symphonie entre l’Église et l’État était avantageuse pour la Foi. L’inconvénient était que l’influence séculaire s’infiltrait parfois dans le Saint des Saints et cela préoccupait de nombreux chrétiens sincères. En fait, chaque fois que les autorités laïques tentaient de s’immiscer directement dans les enseignements de l’Église, de saints évêques étaient présents pour se sacrifier, le cas échéant, pour défendre la vérité. Notre calendrier des martyrs est rempli de leurs noms.

Le monachisme

Une réaction à l’esprit de ce monde a été lancée dans les déserts de l’Égypte, où jadis le Christ Enfant s’était enfui pour échapper aux mains d’un despote païen. Un jeune homme nommé Antoine se retira dans les déserts pour servir Dieu dans la solitude et la prière. Saint Antoine a finalement été entouré par un grand nombre de disciples enthousiastes et il les a organisés en moines chrétiens. Moine vient du grec monos, seul et signifiait d’abord un ermite ou un solitaire. Les moines évitaient la participation au monde laïque, les repas fournis, la vie conjugale et les biens personnels. En bref, leur but était d’accomplir non seulement tous les commandements du Christ, mais également tous les conseils qu’il avait donnés dans les saints évangiles, tels que la pauvreté volontaire, la virginité, l’obéissance et la vie ascétique (l’ascèse est une privation volontaire et le combat pour l’amour de Dieu). Saint-Pacôme a fondé le premier monastère, où ces hommes religieux pouvaient vivre ensemble en se soutenant mutuellement et respectant une règle de vie commune. Ces idéaux, qui ont enflammé les âmes de nombreux hommes et femmes que nous connaissons aujourd’hui comme saints, se sont étendus d’Égypte à la Palestine en passant par la Syrie et tout l’Orient. Ils ont été importés à l’ouest par le grand saint Jean Cassien et ils y ont brillé aussi puissamment qu’à l’est.

« Nouvelle Rome »
Le Deuxième Concile (381 après J.-C.)

L’empereur Constantin mit en mouvement une autre roue puissante lorsqu’il déplaça la capitale de l’empire romain de Rome à Byzance, un village obscur en Grèce non loin de Nicée. Il devint rapidement connu sous le nom de Constantinople ou Nouvelle Rome et c’est là que s’est tenu le deuxième saint concile de l’Église en 381. Au premier concile, la question principale était la divinité du Christ ; ce deuxième concile a discuté de la divinité du Saint-Esprit. L’enseignement authentique que le Saint-Esprit est Dieu a été consacré par les pères conciliaires dans des déclarations qui forment maintenant la seconde moitié du Credo que nous chantons tous les dimanches à la Divine Liturgie.
Saint Cyrille de Jérusalem a été l’un des premiers à consacrer cet enseignement. À la liturgie eucharistique, il a ajouté une invocation explicite au Saint-Esprit pour qu’il descende sur les Saints dons et effectue leur transformation en corps et en sang du Christ. Cette invocation s’appelle l’épiclèse • et toutes les églises l’ont adoptée dans leurs rites.

Normalisations de la liturgie

Quelque temps avant 450 après J.-C., la manière dont la liturgie a été célébrée à Rome a subi une transformation majeure. À l’origine, cela avait été fait en grec, jusqu’à ce que le pape Saint-Victor commence à utiliser la langue latine. À un certain moment, qu’aucun érudit n’a pu découvrir avec précision, les prières ont été réorganisées et le Canon romain symétrique a été mis en place. Après cela, les changements apportés au rite romain ont été minimes, du moins après que Saint-Grégoire ait mis en place le Notre Père et le Kyrie (environ 600 après J.-C.). Le rite romain était présent en Espagne au Ve siècle et s’est développé indépendamment sous le nom de rite mozarabe. En Gaule, on a utilisé le rite gaulois, un rite latin aux traits orientaux. À Milan, un rite semblable au romain, appelé l’ambrosien, s’est développé indépendamment. À l’est, saint Basile a codifié la liturgie et Saint-Jean-Chrysostome (Ve siècle) en a produit une version abrégée. Ces deux liturgies, ensemble avec les heures de prière du monastère Saint-Sabbas, près de Jérusalem, ont été à la base du rite byzantin. Les autres liturgies orientales importantes ont été celles de Saint-Marc (rite copte) et de Saint-Jacques (liturgie syriaque). Presque tous les rites orientaux et occidentaux nommés ci-dessus ont été utilisés dans l’Église orthodoxe à l’époque moderne, même si occasionnellement. Mais le rite qui est l’héritage spirituel de la grande majorité des Orthodoxes est aujourd’hui le Byzantin.

«Orthodoxie»

Depuis les quatre premiers conciles, le terme le plus couramment utilisé pour désigner nos croyances est orthodoxe. Il vient du grec orthos, «correct, droit» et de doxa, «gloire, adoration». Les orthodoxes sont donc ceux qui adorent Dieu véritablement et correctement, avec une vraie foi. Ce mot avait une signification particulière dans les premiers temps de «celui qui accepte tous les conciles» (à l’Est et à l’Ouest, le mot «catholique» continuait d’être utilisé pour décrire l’Église, bien que, comme nous le verrons, «catholique». et «orthodoxe» désignent aujourd’hui deux croyances différentes)

Quatre pères

Quatre grands et saints hommes ont honoré l’Église lorsque le IVe siècle a cédé la place au Ve.
Saint Athanase a été (presque) à lui seul responsable du succès du Concile de Nicée lorsque sa popularité s’est estompée, ce qui lui a valu le titre de «pilier de l’orthodoxie». Lorsqu’il était encore diacre, il a dénoncé le prêtre Arius et à son retour de Nicée, il fut fait Pope d’Alexandrie. Bientôt, cependant, il a été exilé de son siège et a voyagé à travers l’Orient et l’Occident, échappant à peine aux griffes des hérétiques en colère. Au cours de ses cinq exils distincts, il a écrit des lettres, guidé son troupeau de loin et conservé un sens de l’humour irrépressible, l’une des armes les plus efficaces de son arsenal spirituel. Saint Athanase reposa en Christ en 373.
Saint Jean Chrysostome (“Bouche d’Or”) a fait ses débuts en tant que modeste ermite en Syrie, s’est fait connaître en tant que prêtre et prédicateur à Antioche, puis a été forcé d’être archevêque de la Nouvelle Rome, Constantinople. Son zèle pour la vertu (champ dans lequel le couple impérial était nettement déficient) a attiré la colère impériale .Saint Jean a été exilé de la Nouvelle Rome à plusieurs reprises. Quand il est mort en exil en 407, il a laissé un héritage massif de lettres, de sermons et de commentaires. Il est particulièrement aimé aujourd’hui pour avoir donné à l’Église sa liturgie la plus utilisée pour l’Eucharistie.
Un autre saint de cette époque a traversé les mondes oriental et occidental, mais était originaire de Yougoslavie (Sidonium). Saint Jérôme a quitté la vieille Rome pour Bethléem et en tant que prêtre et moine a vécu le reste de sa vie à l’endroit où le Christ est né. Il a traduit les livres de la Bible en latin du grec, de l’hébreu et de l’araméen, en utilisant des manuscrits anciens qui ne survivent pas aujourd’hui. Son grand opus s’appelle la Vulgate latine, et c’est la version de l’Écriture sur laquelle se fonde la Bible de Douay-Reims. En l’an 400, l’Église a décidé quels écrits devaient être inclus dans la Bible, et notre liste n’a pas changé depuis.
Le grand géant de l’Occident a été saint Augustin d’Afrique, un homme venu au Christ tard dans la vie. Après de nombreuses années en tant qu’hérétique manichéen, Augustin a été converti par le Nouveau Testament et la prédication de son ami Saint Ambroise, évêque de Milan. Il est devenu évêque d’Hippone en Afrique, où il a visé des hérésies de toutes sortes. Il est une figure controversée parce que sa plume dépassait souvent son cœur amoureux de Dieu, et ses spéculations produites par la logique ont ensuite été utilisées pour développer certains enseignements catholiques romains et protestants, qui devront être discutés éventuellement dans ce livre. Cependant, à la fin de sa vie de service à Dieu, Augustine a écrit un livre entier de rétractations, a reporté au jugement de l’Église tout ce qu’il avait écrit, et est mort dans l’odeur de la sainteté, nous léguant un héritage aussi massif que celui de St. Jean Chrysostome.

Sur le même thème

Pas de commentaire

Laisser un message