La foi vivante de l’église orthodoxe, Orthodoxie, Vivre la foi ...

Une vie éparpillée et une vie attentive

20 octobre 2019

Saint Ignace Briantchaninov (†1867) , Cuvinte către cei care vor să se mântuiască Experiențe ascetice, volumul II, page 86, Éditions Sophia, București, 2000

traduction: hesychia.eu

Les fils du monde considèrent la distraction comme innocente, mais les Saints Pères considèrent que c’est le début de tout mal. (L’abbé Poemen a dit : « le début du mal, c’est la distraction », Sentences des Pères du désert, Poemen, 43)
Une personne qui est retranchée dans son mode de vie dispersé a une appréciation très superficielle de toutes choses, même les plus importantes.
L’homme dispersé est généralement inconstant — les émotions de son cœur manquent de profondeur et de force, et sont donc faibles et de courte durée.
Comme un papillon de nuit vole d’une fleur à une autre, l’homme dispersé passe d’un plaisir terrestre à un autre, d’une activité inutile à une autre.
L’homme dispersé manque d’amour pour son prochain. Il voit la souffrance de son prochain sans sympathie et impose un fardeau insupportable à autrui.
L’homme dispersé est profondément affecté par les chagrins, puisqu’il ne les attend jamais ; il s’attend seulement à des plaisirs.
Si le chagrin est lourd, mais de courte durée, l’homme dispersé l’oublie rapidement dans le bruit de ses distractions constantes. Cependant, une douleur de longue durée le détruit.
Le mode de vie éparpillé lui-même se retourne contre celui qui s’y consacre — il lui arrive parfois de l’ennuyer, comme pour celui qui n’a jamais acquis de connaissances ou d’impressions réelles, ce qui le jette dans une dépression profonde et meurtrière.
La vie dispersée, si dangereuse dans son essence nuit particulièrement aux œuvres pour Dieu, à l’œuvre de salut, qui exige une vigilance et une attention constantes.

L'archimandrite Zinon, Saint Serge de Rádonezh,

L’archimandrite Zinon, Saint Serge de Rádonezh

Veillez et priez pour que vous ne tombiez pas dans la tentation (Matth 26:41), dit le Seigneur à ses disciples.
Je dis à tous : Veillez ! (Mc 13, 37.) Il l’a dit à chaque chrétien, et par conséquent à nous aussi.
Celui qui mène une vie dispersée contredit directement le commandement du Seigneur Jésus-Christ par sa vie même.
Tous les saints évitaient assidûment la distraction. Constamment, ou à tout le moins aussi souvent que possible, ils concentraient leurs pensées en eux-mêmes, accordant une attention particulière à chaque mouvement de l’esprit et du cœur, les dirigeant selon les commandements de l’Évangile.

L’habitude de la vigilance à soi-même protège l’individu d’un mode de vie absent, particulièrement au milieu des plaisirs mondains bruyants qui l’entourent de tous les côtés. L’homme attentif reste seul en lui-même, même au milieu d’une foule.

Ayant appris par lui-même l’importance de l’attention et les conséquences néfastes de pensées éparses, Abba Agathon a déclaré : « Sans une grande vigilance, l’homme ne progresse pas, pas même en une seule vertu. » (Sentences des Pères du désert, Agathon, 29)
Il est insensé de gaspiller notre courte vie temporelle (qui nous a été donnée pour nous préparer à l’éternité) à des préoccupations terrestres uniquement, pour satisfaire nos désirs et passions insignifiants, passant de manière frivole d’un plaisir périssable à un autre, en oubliant ou en se rappelant seulement de temps en temps l’éternité imminente, majestueuse et terrifiante.
L’œuvre de Dieu, c’est évident ! doit être examiné et étudié avec beaucoup de respect et d’attention ; sinon, une personne sera incapable de l’appréhender ou d’en tirer les leçons.
Cette grande œuvre de Dieu, la création de l’homme et le renouveau de l’homme après la chute par la rédemption du Christ devraient être étudiés en détail par chaque chrétien. Sans cette connaissance, il ne saura jamais et ne sera pas capable de réaliser la vocation du chrétien. La connaissance de la grande œuvre de Dieu ne peut être acquise en menant une vie dispersée !
Les commandements de Dieu sont donnés non seulement à l’homme extérieur, mais plus encore à l’homme intérieur. Ils englobent toutes les pensées et les émotions d’une personne, tous ses mouvements les plus subtils. Vivre selon ces commandements est impossible sans une vigilance constante et une profonde attention. La vigilance et l’attention sont impossibles dans un mode de vie dispersé.
Le péché — et le diable qui l’utilise comme une arme — pénètre doucement dans l’esprit et le cœur. Une personne doit être constamment en garde contre son ennemi invisible. Comment va-t-il monter la garde quand il est dévoué à ses pensées dispersées ?
L’homme dispersé est comme une maison sans portes ni serrures — il ne peut protéger aucun de ses trésors, qui sont tous volés par des voleurs, des meurtriers et des prostituées.

Une vie dispersée, pleine des soucis de ce monde, rend une personne faible et stupide, tout comme une personne qui mange et boit trop (cf. Lc 21, 34). Une telle personne est collée à la terre, occupée uniquement par des affaires vaines et temporaires. Servir Dieu devient une affaire secondaire pour un homme dispersé ; pour lui, la pensée même d’un tel service lui semble sauvage, trouble et intolérablement lourde.
Une vie attentive atténue les effets des émotions physiques sur une personne, tout en aiguisant, renforçant et donnant forme à l’influence des émotions spirituelles. Une vie dispersée, en revanche, a un effet soporifique sur l’esprit : il se nourrit de l’activité constante des émotions physiques.

Il est inutile pour l’homme dispersé d’appeler son mode de vie dispersé inoffensif ! Il ne fait que prouver la gravité de sa propre maladie, qui a complètement pris le contrôle. Cette maladie est si profonde, elle atténue tellement les belles émotions de l’âme que l’âme infectée ne reconnaît même pas l’ampleur de sa maladie.
Ceux qui désirent apprendre l’attention doivent rejeter toute activité futile de leur vie.
Les responsabilités privées et sociales ne sont pas considérées comme faisant partie de la vie dispersée — la distraction est toujours liée à une perte de temps ou à des activités qui n’ont pas de sens, si bien qu’elles peuvent être considérées comme une perte de temps.
Les travaux terrestres utiles, en particulier les services rendus à son pays avec une diligence consciencieuse, n’empêchent pas le développement de l’attention à soi-même. En fait, cela aide à la former en premier lieu. Encore plus utiles sont les obédiences monastiques, quand elles sont accomplies de la manière appropriée.
Un mode de vie actif est un moyen idéal pour acquérir la vigilance sur soi-même, et ce chemin est recommandé par les Saints Pères à tous ceux qui veulent apprendre à être attentifs à soi-même.
L’attention portée à soi-même dans la solitude apporte des dons spirituels inestimables, mais cette solitude n’est possible que pour les hommes adultes selon leur âge spirituel, qui ont longtemps travaillé dans la piété, apprenant d’abord l’attention au cours d’une vie active.
D’autres personnes aident beaucoup une personne qui s’efforce d’apprendre à être attentive dans une vie active, car elles lui rappellent à quel point elle perd constamment l’attention. Être un subordonné est le meilleur moyen de devenir attentif — personne n’enseigne l’attention à soi autant qu’un gestionnaire strict.
Pendant que vous faites votre travail parmi les gens, ne vous laissez pas perdre de temps en paroles vides et en blagues stupides. Si vous faites du travail de bureau, évitez l’envol de votre imagination. Bientôt, votre conscience deviendra vive ; elle commencera à vous montrer chaque fois que vous tomberez dans des pensées éparses, car chaque faute est une violation des commandements de l’Évangile. Amen.

Hits: 35

Sur le même thème

Pas de commentaire

Laisser un message