Orthodoxie, Vivre la foi ...

Guide de la vie orthodoxe Quelques croyances, coutumes et traditions de l’Église – I

20 octobre 2019

Père David Cownie et Presbytéra Juliana Cownie, A Guide to Orthodox Life. Some beliefs, customs, and traditions of the Church. Second Edition, California, 1996

traduction: hesychia.eu

Le signe de la croix

Le signe de la croix a été l’arme la plus puissante contre les grandes tentations de démons, des premiers ascètes à nos jours.
Le signe de la croix est un élément fondamental de la vie orthodoxe. Il doit faire partie de la vie de tous les chrétiens orthodoxes. Le signe de la croix est utilisé dans pratiquement toutes les situations de la vie. Avant de manger, avant de dormir ou quand nous nous réveillons le matin, nous devrions automatiquement faire le signe de la croix. Le grand avantage spirituel de cette habitude est que, lorsque nous nous trouverons dans une situation dangereuse ou compromettante, nous ferons le signe de la croix sans hésiter. Cela pourrait sauver notre vie ou même notre âme, selon les circonstances. Saint Barsanuphios le Grand a écrit :

Les démons peuvent imiter la forme extérieure du Seigneur Jésus-Christ, des anges ou d’autres personnes, non seulement en sommeil, mais même quand une personne est éveillée, car Satan peut se transformer en ange de lumière. Mais la Croix du Seigneur, sur le pouvoir de laquelle le diable n’ose même pas regarder, comme le chante l’Église, car il tremble et se tortille, incapable de supporter son pouvoir — il ne peut pas L’imiter.

Parce que le signe de la croix a un effet tellement fort sur les pouvoirs démoniaques, les gens éprouvent souvent un sentiment de conscience de soi lorsqu’ils tentent de le faire. Notre chair faible se rebelle ainsi contre les manifestations extérieures de la foi. Mais cela peut être surmonté assez facilement si nous nous efforçons seulement de nous entraîner et de comprendre le formidable pouvoir de la Croix, dans lequel Saint-Paul nous dit que nous devrions nous glorifier.
Pour faire le signe de la croix, nous unissons le pouce, le premier et le second doigt de notre main droite, représentant les trois personnes ou hypostases de la Sainte Trinité. Ensuite, nous plions les quatrième et cinquième doigts dans notre paume, représentant les deux Natures du Christ, qui est descendu du ciel sur la terre, afin de sauver l’humanité. En tenant notre main droite de cette manière, nous touchons avec le bout des trois doigts notre front, notre abdomen, notre épaule droite et notre épaule gauche. Nous laissons ensuite notre main sur le côté de notre corps.

 

 

Correctement exécuté — et il faut veiller à le faire lentement et avec application — le signe de la croix a un pouvoir spirituel extraordinaire. C’est parce que nous affirmons non seulement notre foi dans le sacrifice du Christ sur la croix au Golgotha, mais confirmons notre croyance en la Sainte Trinité et en la nature humaine et divine du Christ, c’est-à-dire les dogmes fondamentaux de la foi orthodoxe.

Le signe de la croix était une partie tellement importante de la vie chrétienne dans l’Église primitive, que peu de références directes se trouvent dans la littérature de l’Église de cette époque. C’était une tradition orale et vivante que chaque chrétien tenait pour acquise, un peu comme le saint baptême. Ainsi saint Basile le Grand écrit dans son traité « Sur le Saint-Esprit » :

car si nous essayions de rejeter des coutumes qui n’ont pas d’autorité écrite, au motif que leur importance est faible, nous devrions involontairement nuire profondément aux Évangiles ; ou plutôt, devrait faire de notre affirmation de la foi une simple phrase et rien de plus. Par exemple, prenons le premier et le plus général des exemples : qui est-ce qui nous a appris par écrit à signer avec le signe de la croix ceux qui confessent le nom de notre Seigneur Jésus-Christ ?

Saint Basile nomme ici le signe de la croix de « premier et le plus général des traditions orales ». Il existe de nombreuses références dans la vie des saints depuis les temps apostoliques jusqu’à nos jours qui témoignent du pouvoir et de l’assurance qu’un chrétien orthodoxe peut expérimenter par l’acte pieux de faire le signe de la croix sur lui-même. Les saints et les martyrs de tous les âges ont été délivrés du feu, des bêtes féroces, des attaques démoniaques, des tentations charnelles et du poison par la fidélité à cette ancienne tradition : le mystérieux pouvoir de la Croix, même inexplicable, est vrai et indiscutable.

« Si »… [Saint Jean Chrysostome] dit : « Nous nous efforçons de chasser les démons, nous utilisons la Croix, et c’est aussi une aide pour guérir la maladie. »

Saint-Benoît a fait le signe de la Croix sur un verre contenant du poison et le verre s’est brisé comme s’il avait été frappé par une pierre. Saint Julien fit le signe de la croix sur une coupe de poison qui lui était apportée et bût le poison sans en subir d’inconvenients. La sainte martyre Vasilissa de Nicomédie s’est protégée avec le signe de la Croix et s’est tenue au milieu des flammes, restant complètement indemne. Les saints martyrs Audon et Senis se sont signés lorsque des animaux sauvages voraces ont été lâchés sur eux et les bêtes sont devenues dociles et douces comme des agneaux.

Le signe de la Croix a été l’arme la plus puissante contre les grandes tentations de démons, des premiers ascètes à nos jours. Les plus féroces attaques du diable sont anéanties, comme de la fumée, quand un croyant se signe avec la Croix. Ainsi, la bonne volonté du Seigneur Jésus-Christ lui-même a été que le signe autrefois de méchanceté et de honte, la Croix, fût, après sa crucifixion sur le bois de la Croix, le véhicule de la puissance conquérante. Comme nous l’avons dit, le signe de la croix devrait devenir une réponse automatique à chaque acte que nous accomplissons et à chaque épreuve que nous vivons.

Cela est particulièrement vrai lorsque des pensées impures ou charnelles viennent soudainement à l’esprit. De telles pensées ne sont peut-être pas pécheresses en elles-mêmes, mais elles peuvent nous conduire au péché. Par conséquent, il est essentiel que nous les dissipions immédiatement en faisant le signe de la croix avec foi. Nous devrions également nous empresser d’ajouter qu’un recours au pouvoir de la Croix suppose que l’on fait un effort sincère pour mener une vie chrétienne ou que nous nous trouvons sur le chemin d’un repentir sincère. Le signe de la croix n’est pas un talisman contre ce que nous ne voulons pas supporter. Il contient un pouvoir spirituel, qui se nourrit du pouvoir de l’intention humaine. Ce n’est pas quelque chose de magique. Si nous négligeons de prier ou de respecter les périodes de jeûne, ou si nous ne sentons aucun remords pour notre négligence, nous ne devrions pas être surpris si le signe de la croix ne guérit pas comme par magie, par exemple, un être cher en convalescence en unité de soins intensifs à l’hôpital. Par la providence de Dieu, une chose aussi extraordinaire pourrait se produire. Mais dans le cadre de nos propres efforts, les véritables résultats spirituels sont toujours le résultat d’une dévotion sincère à Dieu et d’une soumission à Sa volonté, quelles que soient les circonstances.

Hits: 42

Sur le même thème

Pas de commentaire

Laisser un message