Arsenie Boca, Communisme, Histoire, La foi vivante de l’église orthodoxe, La voie du Royaume, Orthodoxie, Prière, Vivre la foi ...

LA VIE ET L’ŒUVRE DU PERE ARSENIE BOCA – I

20 octobre 2019

Père Ioan Gâscă, Părintele Arsenie Boca, mare îndrumător de suflete din sec. XX – O sinteză a gândirii Părintelui Arsenie în 800 de capete, ed. Teognost, 2002

traduction: hesychia.eu

Le père Arsenie Boca est né le 29 septembre 1910 à Vaţa de Sus, près de Brad, dans le comté de Hunedoara. Ses parents, Iosif et Cristina, l’ont appelé au baptême Zian.

École primaire et lycée

Zian Boca fréquente l’école primaire de son village natal (4 classes), puis entre à Liceul Național Ortodox « Avram Iancu » à Brad, où il a obtenu son diplôme en 1929. Un collègue de lycée (le futur prêtre Petru Boldor) dépeint Zian comme « exceptionnellement doué, avec une volonté extraordinaire, une mémoire formidable, une force de travail et une ténacité hors du commun ».
« Il manifeste déjà une ouverture vers l’universalité ; d’une curiosité intellectuelle remarquable, tout l’intéresse. »
D’une grande stature, il excelle dans les domaines des mathématiques, de la physique, de la chimie et de la biologie ; il a des préoccupations qui vont au-delà du niveau des programmes scolaires dans les arts : dessin, calligraphie, musique. Il fait du travail supplémentaire en dessin et peinture avec le professeur Körmendy, il joue de la flûte, travaille les partitions avec le professeur de musique Gheorghe Pârvu.
À partir de cet âge, il est extrêmement intériorisé, solitaire. Vers la fin de sa treizième année, il a avoué à ses collègues que lors des heures de dessin et de peinture, il avait découvert l’idée que « l’homme n’est pas seulement de la chair, du sang et des os, mais il y a autre chose. L’inspiration ne vient pas de la matière, de la raison ».

 

Fragments de fresques murales de l’église des Trois Hiérarques à Iasi, Roumanie

Le chêne de Zian

Des années passées par Zian Boca au lycée de Brad, il existe le témoignage du père Boldor : « C’était au printemps 1929, le 10 mai, après une célébration sur la place du village, lorsque la promotion des diplômés de cette année, dirigée par le professeur principal Candin Ciocan, est allée planter un chêne dans la cour du lycée, symbole de la victoire, et entré dans la tradition du peuple roumain. Je me préparais à prendre l’arbre lorsque le principal m’a arrêté : “Ce n’est pas Boldor, mais Boca Zian qui doit planter l’arbre”. Nous avons tous alors décidé que le chêne planté porterait le Zian, le chef de notre promotion. Il s’est magnifiquement développé, symbole de la vigueur, de l’endurance, de la beauté et de la hauteur de l’idéal spirituel moral que nos éducateurs nous ont inculqué, afin de créer de nous des caractères forts et puissants, des personnalités importantes au service de la patrie et de la nation. »

Institut théologique

Avec les acquis intellectuels et spirituels acquis à Brad, il s’inscrit à l’Institut théologique de Sibiu (1929-1933) où il est « extrêmement diligent et studieux », et sera vite appelé le « Saint » par ses collègues.
Le père Teodor Bodogae dresse un portrait concis, mais essentiel de son collègue : « Peut-être, le fait qu’il n’ait pas bénéficié de la chaleur d’une vie familiale dans sa jeunesse explique sa nature peu sociable, repliée sur elle-même, introvertie. Les vacances étaient souvent passées chez un membre de sa famille. Nous avons été impressionnés par sa force de résistance face au froid, car il était souvent vêtu de vêtements légers. De même, il mangeait légèrement et refusait régulièrement la “portion” de viande de l’Institut.
Il n’était pas trop passionné par l’étude des langues. Cependant, il connaissait très bien la langue française et lisait avidement des études de psychologie, de caractérologie, de graphologie, cherchant à approfondir le déchiffrement des mystères de l’âme. Il aimait depuis tout petit le dessin, la sculpture et surtout la peinture. Je me souviens aussi de la facilité avec laquelle il jouait à la flûte des compositions assez exigeantes ».
« Extrêmement réservé, retenu et solitaire », il continue à étudier la peinture dans une pièce réservée à titre d’infirmier de l’Institut.
À l’intervention du professeur Nicolae Popovici, le père Arsenie (Boca Zian), après avoir obtenu son diplôme de l’Institut théologique (1933), est envoyé comme boursier à l’Institut des beaux-arts de Bucarest. Il y suit des cours de médecine (en particulier d’anatomie), participe avec intérêt aux conférences mystiques de Nichifor Crainic et suit d’autres cours dans le domaine de la culture et de l’art.

Apprentissage au mont Athos

P eu de temps après l’Institut des Beaux-arts, Zian Boca fera une courte période d’apprentissage monastique à la Sainte Montagne, où, selon certains, il a refait, tout ou une partie du « voyage du Saint-Apôtre Paul en Grèce ».
Le métropolite Nicolae Bălan, qui a restauré le monastère de Sâmbăta, un monastère voïevodal construit par Constantin Brâncoveanu, souhaitait y accueillir seulement des diplômés en théologie. De cette manière, le monastère a commencé avec trois personnalités : le père Arsenie, le père Nicolae Mladin, qui devint professeur de théologie avec le soutien du métropolite Nicolae Bălan, et à partir de 1940 le père Serafim, qui venait de finaliser ses études en Grèce.
Mais le métropolite Nicolae Bălan s’est rendu compte qu’il avait commencé avec des personnes sans expérience monastique, et les envoya sur la Sainte Montagne. Le père Arsenie y resta trois mois, à partir de mars 1939, et le père Serafim y resta six mois auxquels s’est ajoutée une année scolaire à Athènes pour étudier la théologie.
On dit du père Arsenie que, sur la Sainte Montagne, il cherchait à se soumettre à un père spirituel sévère. Et il est dit qu’il aurait trouvé un ancien qui lui aurait dit depuis le début : « Eh bien, tu n’es bon à rien ! Même pas à balayer !» Et le père Arsenie s’est dit alors : “C’est ici ma place, je vais y rester !”.
Il est certain qu’à son retour en Roumanie, il apporte des manuscrits de la Philocalie à son ancien professeur de Sibiu, le père Dumitru Stăniloae, avec lequel il collabore à la publication en roumain de cette œuvre monumentale.

Collaborateur de premier ordre de la publication de la Philocalie en roumain

La contribution du père Arsenie à la publication de la Philocalie fut grande et se concrétisa comme suit : il apporta des copies des manuscrits plus anciens du Mont Athos, puis insista auprès du père Staniloae pour la traduction de la Philocalie ; le père Arsenie a écrit d’après la dictée du père Staniloae ; il a fait la couverture de la Philocalie ; a pris en charge le travail d’impression grâce au grand nombre d’abonnements obtenus. C’est pourquoi, à juste titre, le père professeur Dumitru Stăniloae l’a appelé “Collaborateur de premier ordre de la Philocalie roumaine”.
Nous reproduisons ici deux extraits des préfaces des volumes 1 et 2 de la Philocalie, afin de mieux souligner les efforts du père Arsenie dans cet ouvrage extrêmement important pour la spiritualité orthodoxe :

“Dans certains écrits, j’ai aussi utilisé des copies de manuscrits roumains plus anciens, d’Athos, apportées par le père Serafim Popescu et le père Arsenie. (…)
Un chaleureux mot de remerciement est dû au père hiéromoine Arsenie, du monastère de Brâncoveanu, mon ancien et bon élève, qui est toujours resté près de moi. Le père Arsenie a bien voulu écrire après ma dictée la majeure partie de la traduction, à sa première rédaction. De plus, par sa présence presque ininterrompue et son insistance à ce que cette traduction soit réalisée, il a considérablement alimenté mon courage pour que je puisse effectuer un travail aussi épuisant, que je n’aurais pas fait autrement. Le père Arsenie a également réalisé la couverture.

L’ aide décisive dans l’impression de ce volume m’a été à nouveau fournie par mon bon ancien élève, le père hiéromoine Arsenie du monastère de Brâncoveanu. Grâce aux abonnements massifs fournis par le père, nous avons pu dépasser des difficultés qui se levaient comme des montagnes, empêchant l’impression de cet ouvrage. Le père Arsenie peut à juste titre être appelé un collaborateur de premier ordre de la publication de la Philocalie en Roumain. Après l’impulsion qu’il m’a continuellement donnée dans la traduction de cet ouvrage, il soutient maintenant sans répit le travail d’impression. Si Dieu aidera l’ensemble de l’œuvre à paraître en roumain, cet acte restera en grande partie lié au nom du père Arsenie et du mouvement religieux qu’il a soulevé autour du monastère de Sâmbăta de Sus, sur les bases les plus authentiques de la tradition orthodoxe et avec les moyens de la spiritualité la plus pure, de l’enseignement orthodoxe et de l’amour des âmes”.

Hits: 32

Sur le même thème

Pas de commentaire

Laisser un message