Iconographie, Orthodoxie

LA FONCTION DES ICÔNES

19 octobre 2019

Troisième chapitre de Orthodox Iconography (Belmont, MA: Institute for Modern Greek and Byzantine Studies, 1992 [1977]), pg. 30-35

Auteur: Dr. Constantine Cavarnos / Traduction: hesychia.eu

Les icônes sacrées servent plusieurs objectifs.
(1) Elles rehaussent la beauté d’une église.
(2) Elles nous instruisent sur des questions relatives à la foi chrétienne.
(3) Elles nous rappellent cette foi.
(4) Elles nous élèvent vers les prototypes qu’elles symbolisent, à un niveau supérieur de pensée et de sentiment.
(5) Elles nous incitent à imiter les vertus des personnages sacrés représentés qui sont représentés.
(6) Elles nous aident à nous transformer, à nous sanctifier.
(7) Elles servent de moyen de dévotion et de vénération.


Je vais présenter brièvement chacune de ces fonctions.

Biserica de lemn "Sf. Dimitrie"

Biserica de lemn “Sf. Dimitrie”, sat Hodoş, comuna Brestovăţ

(1) La fonction la plus évidente des icônes est qu’elles rehaussent la beauté d’une église. L’hymne suivant des grandes vêpres, chanté à la veille du dimanche de l’Orthodoxie lors de la commémoration de la victoire sur l’Iconoclasme, attire l’attention sur ce fait:
C’est une parure de grand prix que l’Église du Christ a reçu dans les saintes Icônes du Sauveur, de la Mère de Dieu et de tous les Saints ; en les exposant hautement, elle brille de splendeur et d’éclat, tout en repoussant les hérésies, et dans l’allégresse elle glorifie le Dieu qui par amour pour nous a daigné souffrir librement sa Passion.

L’idée selon laquelle les icônes sont un moyen de rehausser la beauté des églises apparaît dans de nombreux écrits des Pères. Pour citer un exemple, Niketas Stethatos, le plus célèbre disciple de saint Siméon, le nouveau théologien (949-1022), affirme que, devenu abbé du monastère de Saint-Mamas, Siméon “ornait son église de magnifiques marbres au sol, avec des saintes icônes, et d’autres offrandes merveilleuses “.
On peut ajouter que le fait même que les orthodoxes parlent en général de la «décoration» (diakosmesis) d’églises avec des icônes montre clairement qu’ils reconnaissent cette fonction.

En tant que «maison de Dieu» et «maison de prière», l’église devrait être rendue aussi belle que possible, surtout à l’intérieur, où les fidèles se rassemblent pour le culte. Mais la beauté de l’église doit porter l’empreinte de la sainteté; et le plaisir qu’elle évoque doit transcender celui d’une simple expérience esthétique: il doit être spirituel.
(2) Le fait que les icônes servent à instruire les fidèles est un point dûment souligné par les pères grecs de l’Église. Ainsi, saint Jean Damascène fait remarquer que, puisque tous ne savaient pas lire, et n’avaient pas une éducation livresque, les Pères ont convenu que des choses comme l’Incarnation de notre Seigneur, Son association avec les hommes, Ses miracles, Sa Crucifixion, Sa Résurrection, et ainsi de suite, devrait être représentés sur les icônes. Et le saint Photios, patriarche de Constantinople, a déclaré: “De la même manière que la parole est transmise par l’ouïe, les formes sont imprimées par la vue sur les tablettes de l’âme, donnant à ceux dont l’appréhension n’est pas souillée par de mauvaises doctrines une représentation de la connaissance en accord avec la piété. “
Photios ajoute que les icônes non seulement enseignent, tout comme les comptes écrits, mais qu’elles sont parfois plus vifs que les comptes écrits, et donc supérieures à ces derniers en tant que moyen d’instruction. Il cite comme exemple la représentation des actes de saints martyrs.

Nous pouvons également apprécier l’efficacité des icônes en tant que moyen d’instruction si nous remarquons que, dans une composition telle que la Nativité, la résurrection de Lazare ou la Crucifixion, l’icône présente simultanément et de manière concise beaucoup de choses – un lieu, des personnes et des objets. – ce qui prendrait une période de temps appréciable pour décrire avec des mots.

(3) Nous avons tendance à oublier, même les choses qui sont d’une importance vitale pour nous, à nous endormir spirituellement. Ainsi, même si nous connaissons beaucoup de choses sur la foi chrétienne, telles que le commandement de l’amour, l’enseignement sur le monde spirituel, le caractère exemplaire et les actes nobles de nombreux personnages sacrés, nous avons tendance à les oublier, car nous sommes préoccupés par les affaires mondaines et leur poursuite. Les icônes servent à nous rappeler ces choses, à nous éveiller à leur égard. La vivacité des icônes, comme le souligne St. Photios, rend les icônes très efficaces à cet égard. John Damascène résume cette fonction lorsqu’il les appelle des aide-mémoire concis (hypomneseis), c’est-à-dire des moyens concis pour se souvenir. Il donne l’exemple suivant: “Souvent, sans doute, lorsque nous ne pensons pas à la Passion de notre Seigneur, lorsque nous voyons l’icône de la crucifixion du Christ, nous nous souvenons de Ses souffrances salvatrices.”

(4) Les icônes servent également à nous élever vers les prototypes, vers un niveau supérieur de conscience, de pensée et de sentiment. C’est leur fonction anagogique. Les prototypes des icônes, c’est-à-dire le Christ, la Theotokos, les prophètes, les apôtres, les martyrs, les saints en général, jouissent d’un niveau d’être supérieur à celui que nous avons dans notre vie quotidienne, ordinaire et distraite. Lorsque nous voyons leurs icônes, nous nous rappelons leur caractère et leurs actes supérieurs; et en nous les rappelant, nous avons des pensées pures et sublimes et nous faisons l’expérience de sentiments plus élevés. Ainsi, pendant un certain temps, nous vivons sur un plan d’être plus élevé. Comme le fait remarquer saint Jean Damascène, “nous sommes dirigés par des icônes sensibles à la contemplation du divin et du spirituel”.

Dans cette fonction de l’icône, sa nature essentiellement symbolique est manifeste. Une icône n’est pas une fin en soi; ce n’est pas simplement un bel objet à apprécier pour tous les mérites artistiques qu’il possède, mais est essentiellement un symbole qui nous porte au-delà de lui-même. Il est conçu pour nous conduire du domaine physique et psychophysique au domaine spirituel. Et par conséquent, comme le dit saint Jean Damascène, il s’agit d’un motif (typos) de quelque chose de divin.

(5) En nous instruisant dans la religion chrétienne, en nous rappelant ses vérités, ses objectifs et ses valeurs, et en nous élevant vers les prototypes, vers les personnages saints, les icônes servent un autre objectif important: elles nous incitent à imiter les vertus de tels personnages. Ainsi, l’un des décrets du septième synode œcuménique – le synode convoqué spécialement pour régler le différend entre les iconoclastes et ceux qui défendaient la vénération des saintes icônes – dit: “Plus on voit continuellement des saints personnages dans les icônes, plus les spectateurs s’élèvent à la mémoire des prototypes et aspirent vers eux. “
(6) Une autre fonction des icônes sacrées est de transformer notre caractère, tout notre être, de nous aider à nous sanctifier. Elles effectuent cela en nous instruisant, en nous rafraichissant la mémoire, en nous élevant et en nous remuant moralement et spirituellement. La fonction de l’icône à cet égard est basée sur le principe que nous devenons comme ce que nous contemplons habituellement. Les véritables icônes concentrent l’âme distraite et dispersée de l’homme sur la perfection spirituelle, sur le divin. En demeurant constamment et avec amour en présence d’une telle perfection, nous en prenons de plus en plus parti.

(7) Enfin, l’icône a une fonction liturgique, c’est un moyen de culte et de vénération. C’est l’une de ses fonctions principales, plus importante que les premières. À l’instar des hymnes sacrés et de la musique, l’icône est utilisée comme un moyen d’adorer Dieu et de vénérer ses saints. En tant que tel, elle est essentiellement symbolique et conduit l’âme du visible à l’invisible, du matériel au spirituel, du symbole au prototype ou à l’original qu’elle représente. Comme le sait tout chrétien orthodoxe, le premier acte des fidèles qui entrent dans une église est de prendre une bougie, de l’allumer et de la placer sur un chandelier placé à côté du proskynetarion ou du porte-icône sur lequel est placée l’icône représentant le saint, les saints ou l’événement spécialement célébré par l’église en question et qui lui a donné son nom. Puis il s’incline devant l’icône en faisant le signe de la croix et embrasse l’icône en prononçant une brève prière. Cette série d’actes est appelée vénération de l’icône. Ce n’est pas un acte d’adoration de l’icône. Les Pères grecs de l’Église font une distinction très nette entre la vénération (timetike proskynesis), qui est accordée aux icônes, et le l’adoration (latreia). L’adoration n’est accordée qu’à Dieu. De plus, ils soulignent que la vénération que nous accordons à une sainte icône va au prototype qu’elle représente, par exemple, au Christ, à la Theotokos, à un martyr ou à un autre saint. Selon les mots de Basile le Grand, qui ont été répétés par Jean Damascène et d’autres défenseurs des icônes, “l’honneur qui est donné à l’icône se transmet au prototype”.
Le prototype honoré est en dernière analyse Dieu, car Dieu a créé l’homme à son image.

Ni Dieu ni les saints, bien sûr, n’ont besoin de l’honneur que nous leur offrons, que ce soit au moyen d’icônes, ou au moyen de cantiques et de chants. Mais il nous convient de le faire, car l’adoration de Dieu et la vénération des saints sont l’expression d’une âme qui voit et aime la beauté de la sainteté, de la perfection spirituelle et qui est reconnaissante envers la Divinité et les hommes saints pour leurs nombreux bienfaits envers l’humanité. Une telle réponse n’est pas simplement quelque chose de bien pour nous, mais elle contribue également à notre salut. La remarque suivante de Jean Damascène attire l’attention sur ce point, tout en touchant d’autres fonctions remplies par des icônes: “J’entre dans le lieu commun de thérapie des âmes, l’église, étranglée pour ainsi dire par les épines des pensées mondaines. La floraison de la peinture m’attire, elle ravit ma vue comme un pré, et évoque secrètement dans mon âme le désir de glorifier Dieu. Je vois la force du martyr, les couronnes attribuées et mon zèle est excité comme un feu; je tombe et adore Dieu à travers le martyr et reçois le salut. “
Lorsque les différentes fonctions importantes des icônes sont ignorées et que la distinction cruciale entre vénération et adoration est perdue de vue, l’iconoclasme, la condamnation des icônes, en est le résultat. C’est ce qui s’est passé en 726, lorsque l’empereur byzantin Léo l’Isaurien émit un édit qui condamnait la fabrication et la vénération des icônes en tant qu’idolâtrie et contraire au deuxième commandement. Comme nous l’avons vu précédemment, l’icône est une image ou un symbole et est conçue pour nous guider à ce qu’elle représente, alors qu’une idole n’a pas ce pouvoir du symbole authentique; et la vénération d’une icône n’est pas un acte d’adoration. Par conséquent, l’accusation d’idolâtrie témoigne d’une ignorance flagrante en ce qui concerne la nature et les fonctions des icônes.
En ce qui concerne la pratique consistant à vénérer les saintes icônes, il convient de noter qu’elle est profondément enracinée dans la tradition sacrée du christianisme. Saint Jean Damascène ferait remonter la tradition de la vénération des objets sacrés au peuple mosaïque, qui “vénérait de toutes parts le tabernacle qui était une image et un type de choses célestes, ou plutôt de toute la création”. La croix a toujours été vénérée par les chrétiens. La peinture de la croix dans le dôme ou l’abside de l’église n’était pas interdite en Byzance, pas même par les ennemis fanatiques des icônes, les iconoclastes. Maintenant, le crucifix est lui-même une icône, une image de la crucifixion du Christ, un symbole du Christ lui-même, qui y est généralement représenté dans l’Église orthodoxe orientale.

Hits: 18

Sur le même thème

Pas de commentaire

Laisser un message