La mission du chrétien

 


 

Même les incroyants sont, de nos jours, attirés par l’Église et cherchent, quoiqu’indirectement, des explications ; ils s’interrogent et cela ne fait que me convaincre davantage que je n’ai pas en vain lancé ces entretiens. Il serait bon que d’autres prêtres suivent ces premiers pas. Car l’ignorance religieuse fait le jeu de ceux qui font de la propagande antireligieuse. C’est pourquoi, d’ailleurs, ils renforcent cette ignorance grâce à leur revue, alors que nous autres, prêtres, nous ne nous efforçons pas de la combattre. On devrait créer tout un cycle de conférences intitulé : « Pour une instruction religieuse ! ». Je pense qu’on ne manquerait pas d’auditeurs. Cependant, je vous révélerai, sous le sceau du secret, qu’on m’a déjà mis en garde en me disant : veillez à ce que cela ne tourne pas mal !
Oh, ce souhait : « Que cela ne tourne pas mal ! », comme il paralyse notre activité ! Je vais répondre tout de suite à cet avertissement. Pourvu que cela ne tourne pas mal ! – une telle mise en garde est dégradante pour un prêtre ; un prêtre doit oser. Il doit être le pasteur, prêt à sacrifier sa vie pour ses brebis. Le prêtre démontre ne portant sa croix ce qu’il ne peut démontrer par la parole ou par l’action. Souffrir pour ses convictions, pour sa foi, pour le service de Dieu : que peut-il y avoir de plus grand, quel argument pourrait être plus convaincant ? Aussi ne faut-il pas semer l’effroi.

Dimitri Doudko, L’Esperance qui est en nous, Éditions du Seuil, Paris, 1976, p. 27

 


 

 


Question : Ce que vous faites là, ces causeries, ça porte un nom : c’est de la propagande et de l’agitation, et c’est interdit par la loi. Et ça peut vous coûter cher.
Réponse : Que répondre à cela ? Me coûter cher… Et alors, qu’est-ce que cela peut bien faire ? Il faudrait que, par crainte, j’abandonne ma sainte tâche ? Mais alors pourquoi suis-je devenu prêtre ? Et pour qui donc est-il écrit dans l’Évangile : le bon pasteur livre sa vie pour ses brebis ? Pour qui le Christ a-t-il dit : allez et prêchez ? On est sauvé par la prédication, et vous voudriez que j’aie peur ! Pour qui a-t-il été dit : interviens à temps et contretemps, convaincs, interdis ? Souvenons-nous encore des Actes des apôtres : quand on leur interdit de parler du Christ, que répondirent ceux-ci ? « Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes », telle fut leur réponse. Dieu m’a envoyé prêcher, et je devrais me taire puisque cela déplaît à certains !

Dimitri Doudko, L’Esperance qui est en nous, Éditions du Seuil, Paris, 1976, p.55-56

 


 

On doit se préparer à la prédication chrétienne. Ce n’est pas par hasard que le Christ a dit : ne soyez pas nombreux à devenir docteurs. Si vous êtes vous-même porteur des vérités chrétiennes, vos explications seront convaincantes. Jeter les perles, cela signifie prononcer des paroles sans les confirmer par sa façon de vivre. Les perles sont aussi nos paroles ou notre vérité, qui ne dépendent pas de ceux qui nous écoutent, mais de nous-mêmes.

Dimitri Doudko, L’Esperance qui est en nous, Éditions du Seuil, Paris, 1976, p.22

 


 

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :